Martin de la Soudière – compte-rendu du colloque « Jean-Loup Trassard, une ethnologie poétique » (18-20 novembre 2012)

Jean-Loup Trassard. Une ethnologie poétique

Ainsi s’intitulait le colloque consacré à cet auteur à Pau, du 18 au 20 octobre 2012 (UFR Lettres et Langues, université de Pau et des Pays de l’Adour). Dominique Vaugeois et J.Y Casanova conviaient les participants à analyser l’oeuvre de celui qui est tout sauf un écrivain de terroir, encore moins régionaliste : je dirais un écrivain du territoire, de son territoire, la Mayenne, auquel il reste depuis toujours fidèle, quoique nullement refermé sur lui, encore moins enfermé. Nous étions invités à nous centrer de préférence sur les dernières œuvres de Trassard, notamment L’homme des haies, paru chez Gallimard. Fils conducteurs des interventions : le tressage espace/temps ; l’enfance, le temps qui passe ; le territoire et les objets ; l’usage, le quotidien tel qu’inscrits dans les lieux ; notre rapport à l’animal, à partir en particulier les vaches.

Quelques titres choisis parmi la vingtaine de communications : J. L. T. et la tradition des « maisons rustiques »  (Michel Jourde) ; Penser avec les bêtes (Alain Romestaing) ; « Assez pour voir, trop peu pour savoir » : J.L.Tr, l’écriture et le jeu (Pierre Schoentjies). On sait l’importance de la démarche photographique dans le regard de  Jean-Loup Trassard sur l’espace, comme en témoigna Gyöngyi Pal : La parole muette des photographies. Disons néanmoins que le poétique fut bien plus présent que l’ethnologique, et pourquoi pas ?, si l’on excepte la communication de Daniel Fabre (qui n’a pas pu venir, mais voulait parler de Conversations avec le taupier (autre titre de l’auteur) ; et de moi-même, qui envisageai Jean-Loup Trassard comme un ethnographe des lieux : Tentative d’épuisement d’un fragment du bocage mayennais.

Trois jours d’exposés et de débat : c’est assez dire l’aura, ou tout du moins la place importante, aux confins de la littérature, de la poésie, de la photographie, de la géographie et de l’ethnologie, que prend, d’année en année, l’œuvre de Trassard, autant dans les milieux universitaires que dans le grand public (un film a d’ailleurs été ralisé sur lui). Indiquons enfin que deux moments réunirent l’auteur et l’un de ses deux éditeurs principaux, Georges Monti, du Temps qu’il fait. Et que la présence de Jean-Loup Trassard fut très appréciée, les intervenants ne cédant jamais pas à la célébration ni à la complaisance ; l’auteur, quant à lui, restant fidèle à sa modestie coutumière et à sa fausse bonhomie habituelle, et écoutant très scrupuleusement les intervenants l’un après l’autre, et posant à chacun une ou deux questions. Un vrai dialogue. Pas un exercice d’hagiographie, mais d’admiration et de connivence savante, oui !

Martin de la Soudière


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *