24 février 2017
Michel COLLOT
Réflexions et propositions pour une écopoétique

Après avoir fait le point sur les tendances actuelles de l’écocritique, Michel Collot relève quelques-unes des questions qui restent selon lui à approfondir et propose quelques pistes de recherche orientées dans le sens d’une véritable écopoétique, qui prenne mieux en compte ce que Thomas Pughe appelle « le travail écologique de l’écriture ».

Henri RAYNAL
Le Pays sur le chevalet
Michel COLLOT
Henri Raynal et le paysage

Après la lecture par Henri Raynal d’un extrait de son texte consacré à la Meije : « Le Pays sur le chevalet », Michel Collot présente la place et la fonction occupée dans son œuvre le paysage, qui est au centre de sa poétique et de son esthétique ; la peinture et la poésie procèdent pour Raynal d’une relation intime au monde à laquelle convient seule une expression rendue elle-même sensible. C’est aussi le point de départ d’une réflexion plus proprement philosophique sur la place de l’homme dans l’univers et sur la nature de celui-ci, faisant de plus en plus appel aux enseignements de la science moderne

Henri RAYNAL, écrivain, poète et critique d’art, a toujours placé au coeur de son œuvre et de sa réflexion la question des rapports entre la création artistique et littéraire et la nature. Ses écrits sur l’art ont été recueillis dans La Double origine (Galerie Michèle Heyraud, 1996) et ses principaux essais dans Cosmophilie. Nouvelles locales du Tout (Cécile Défaut, 2016). Un dossier lui a été consacré dans La Revue du M.A.U.S.S (n°12,, 1998) et dans Poésie 2001 (n°90) ; un colloque a été organisé autour de son œuvre par l’Université de Caen et l’MEC en novembre 2016.

Pour écouter l’enregistrement de la séquence, cliquez sur son titre

19 mai 2017

Jean-Patrice COURTOIS
La coopération du regard écologique

« La coopération du regard écologique » signifie que l’on met le terme écologique à la suite des interrogations issues des textes interrogés eux-mêmes. Il ne peut s’agir d’un préalable ou d’un outil qui ouvre les textes philosophiques ou poétiques mais d’un regard qui guide les analyses produites à partir des œuvres. Ainsi la « théorie des climats », problème de l’histoire des idées et de la philosophie d’Hippocrate à Montesquieu peut-elle se lire et se revisiter à partir du concept d’environnementalisme transactionnel. Ainsi encore la rivière la Sorgue et le poème du même nom chez René Char peut-elle figurer un point de vue écologique à partir de la lecture d’Héraclite et des inscriptions matérielles dont la langue témoigne.

Pour écouter l’enregistrement de la conférence, cliquez sur son titre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *