Lire les villes – colloque, 16-17 juin 2011 (université de Tours)

Lire les villes
Panorama littéraire des villes du monde contemporain

Université François-Rabelais de Tours, 16 et 17 juin 2011

La ville est une muse textuelle ; littérature et sciences sociales peuvent être considérées comme symbiotiques tant les études urbaines ont largement puisé dans la production romanesque, à titre de source parfois, d’argumentaire souvent.Dans certains champs thématiques, les emprunts, les connivences ou les passerelles sont, d’un univers l’autre, particulièrement explicites. Comment imaginer les protagonistes des Souris et des hommes de John Steinbeck sans penser à la figure du hobo de Nils Anderson, et inversement… De même, la référence à Rimbaud dans l’essai d’Isaac Joseph sur la dispersion de l’espace public n’est pas seulement contenue dans son titre du Passant considérable. Il est ainsi admis que la littérature puisse être une entrée dans/de la ville, comme le suggère Julien Gracq à la découverte de Nantes « sans le moindre souci d’en ranger les éléments par ordre d’excellence ».
Notre projet est de proposer, dans une approche pluridisciplinaire, centrée sur une compilation de lectures urbaines, associées chacune à une ville et à un/des romans clé(s), un tour du monde urbano-littéraire. Il s’agira de combiner et mettre en perspective un panel de villes contemporaines de toutes contrées, approchées et mises en réalité par leurs écritures, et depuis nos lectures. A cet effet, l’expérience paysagère et les modalités de ses pratiques sensibles (au sens de Jean-François Augoyard) retiendront particulièrement notre attention.
Si le XIXe siècle a vu nombre d’auteurs, européens notamment (C. Dickens, E. Sue, E. Zola, V. Hugo, N. Gogol et tant d’autres), s’emparer de la ville comme théâtre, enjeu et objet, notre époque est celle d’un véritable foisonnement mondial, ouvrant maintes perspectives à cet imaginaire que l’on peut appréhender comme un « modèle d’énonciation » (P. Lassave). La production romanesque, à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, s’est amplifiée dans toutes les sociétés, comme corollaire de l’urbanisation. Désormais, la ville, cette « chose humaine par excellence » (C. Lévi-Strauss), devenue mécanique à habiter le monde, est incontestablement un objet littéraire universel ; une multitude de cités sont médiatisées par leurs écritures et mises en récits. 
Qui a lu les premières pages de la mythique promenade londonienne de Mrs Dalloway, ne peut plus être à la ville de la même manière, ne peut ignorer comment la marche urbaine rythme, bouscule et oriente les pensées, les structure, les déstructure et les restructure simultanément, et comment un être peut ingérer un paysage jusqu’à s’y dissoudre. Quel chercheur, a su, mieux que V. Woolf évoquer ce ressenti ? Quelle forme d’écriture, autre que romanesque, est parvenue à évoquer ce lien ? La ville comme le roman sont des univers, des espaces-temps, qui peuvent s’avérer pareillement hypnotiques… La relation entre un écrit et une ville ne suscite-t-elle pas l’esquisse d’autres dimensions ou d’autres possibles ? Que nous dit un roman d’une cité que celle-ci ne révèle pas autrement ? Quels lieux de roman(s) sont fréquents et quels autres rares ? Que nous suggère un roman pour une approche exploratoire singulière des univers de la ville ? Quelles échelles, quels lieux, quelles formes de surimpositions et de combinaisons urbaines la lecture préconise-t-elle ? Les villes « mises en littérature » sont-elles davantage comparables ? Les univers d’un roman sont-ils affiliés aux mêmes catégories et mondes que ceux envisagés par les sciences sociales, et sont-ils transposables ? Comment lit-on l’ailleurs et l’altérité d’une ville ; la médiation romanesque suscite-t-elle une altération du sens de ces notions ? La mise en roman peut-elle rendre une ville plus immédiatement compréhensible ? Enfin, même si la question est délicate, comment la littérature romanesque parvient-elle à transcender les arcanes (ou à s’en émanciper) de la mise en contexte de la ville, une opération d’énonciation singulièrement retorse dans la construction scientifique ?

Initiées à partir d’un immeuble (la Vie mode d’emploi, l’Immeuble Yacoubian), d’un quartier emblématique (les Chroniques de San Francisco), d’un lieu ponctuel (Tokyo Park), d’un instant (la Chemise) ou, plus souvent, en affrontant la « ville totale » (la Havane pour un infant défunt, le Maître et Marguerite) depuis des trajectoires individuelles, des fresques sociales et paysagères, des itinéraires… les possibilités d’animation sont infinies. Parfois, comme le constate M. Berrada à propos du Caire, il est si difficile de démêler le vu du su et du lu d’une ville, que l’on peut, en détournant les mots de P. Veyne pour qui « l’histoire est un roman vrai », être tenté de définir la ville comme un « roman vrai ». Des cités et des œuvres s’avèrent singulièrement fusionnelles, comme en attestent tout particulièrement la trilogie new-yorkaise de P. Auster, ou les romans stambouliotes d’O. Pamuk et cairotes de N. Mahfouz. Ici ou là, certes, le roman ne s’inscrit pas dans un même contexte, n’est pas le produit de la même histoire, n’a pas les mêmes réceptions et fonctions sociales. La littérature, sous couvert de fiction, fait souvent office de critique sociale, et, parfois, le cadre explicite de la ville rend la critique d’autant plus percutante et acerbe, l’écriture se substituant alors à la parole impossible, le non-dit muant en écrit. Les artifices littéraires permettent de superposer, d’ajuster  de détourner des dimensions et des strates révélant ainsi des signifiances inédites.
Notre postulat sera de considérer — sans pour autant occulter la pluralité et la diversité des écritures et des villes — le roman urbain comme l’expression d’une médiation, d’un langage ou d’un code universels, incitant à envisager/décliner cet exercice inédit d’un abécédaire des villes du monde contemporain, confrontées depuis un panorama littéraire.
Tous les emprunts à des genres littéraires divers, du roman noir à la saga sociale via la fiction d’anticipation peuvent être explorés, s’ils peuvent s’inscrire plus largement dans un cadre générique qui serait celui du « roman urbain ». Ce projet ne se réfère pas à un univers disciplinaire exclusif, mais se situe dans le champ des « études urbaines », lequel ne renie aucune des sciences sociales et humaines. 

Programme

Jeudi 16 juin 2011

A partir de 9 h : Accueil – 10h-10h30 : Petite introduction en forme de bienvenue – Salle Bibliothèque universitaire 5e étage

11h-12h  Villes en majesté : chassé-croisé
Salle Bibliothèque universitaire 5e étage

Anna Madoeuf, Université de Tours, CITERES-EMAM
« Illusions et désillusions du Caire des Années de Zeth »

Mnceel R deterrg, Université de Picardie, Géographie-cités
« Modalités et enjeux de l’expérience d’une ville dans l’Istanbul d’Orhan Pamuk »

11h-12h Villes en majesté : méli-mélo d’images et de mots
Salle Polyvalente TA 80 Rez-de-chaussée

Raffaele Cattedra, Université de Montpellier 3, GESTER
« Casablanca : la géographie d’une ville « sans âme » à la recherche de son passé. Autour d’une lecture de Tito Topin»

Maurizio Memoli, Université de Cagliari
« 2666. Ciudad Juarez : représentations de la ville infernale »

14h-15h30  Si le roman est noir… la ville est sombre
Salle Bibliothèque universitaire 5e étage

Raquel Fressard-Linenberg, Université de Caen, LASLAR
« Centre urbain et périphérie : Buenos Aires et le Grand Buenos Aires dans le roman policier argentin contemporain »

Paul de Vulpian, Université de Saint-Etienne
« Los Angeles dans Le Dahlia Noir de James Ellroy : géocritique d’un rhizome que l’on tente de faire arbre »

Florence Dujarric, Université de Paris III
« La ville d’Edimbourg dans les romans policiers d’Ian Rankin »

16h-17h30 Si le roman est noir… la ville est  méditerranéenne
Salle Bibliothèque universitaire 5e étage

Catherine Bernié-Boissard, Université de Nîmes, ART-Dev
« Marseille et Barcelone : du roman d’une ville à la ville-roman »

Sylvette Denèfle, Université de Tours, CITERES, MSH de Tours
« Marseille : couleurs et contrastes »

Caroline Ziolko, ESBAMA, Montpellier
« Marseille, polar et nouvel imaginaire médiatique »

14h-15h30 Mille feuilles ville et littérature : classiques d’un genre
Salle Polyvalente 80 Rez-de-chaussée

Mokhtar Belarbi, Faculté des lettres et sc. humaines de Meknès
« Lire la ville de Tanger »

Elena Chiti, IREMAM, Aix-en-Provence
« Incontournable Durrell. Ou d’une saturation de l’espace-temps littéraire alexandrin »

Anna Avaraki, Ministère de l’Education Nationale, Athènes
« Athènes ou la ville contemporaine comme mémoire culturelle. Lecture comparée des témoignages littéraires de Miller et Séféris »

16h-17h30 Mille feuilles ville et littérature : récits d’un genre
Salle Polyvalente 80 Rez-de-chaussée

Michel Brunet, Université de Valenciennes
« La possibilité d’une ville : lecture urbano-littéraire de Dublin dans The Swing of Things de Sean O’Reilly »

Mauricette Fournier, Université de Clermont-Ferrand, CERAMAC
« Entropique Kaboul, nulle part au cœur du monde »

Luís Carlos Pimenta Gonçalves, Universidade Aberta de Lisbonne
« Entre Paris et Prague: l’art de la ville dans le roman kundérien »
  

Vendredi 17 juin 2011

10h-12h  Textualités et textures des villes : au travers et au-delà
Salle Bibliothèque universitaire 5e étage

Vicky Pelletier, Université du Québec à Montréal
« Les décentrements londoniens de J.G. Ballard »

Marc Dumont, Université de Rennes 2, LAUA
« London orbital » : l’autoroute, comme traceur morphologique de la condition suburbaine contemporaine »

Fabrizio Maccaglia, Université de Tours, CITERES-CoST
« Gomorra, l’envers du décor. Fabrique de la ville, fabrique du roman »

Thouraya Ben Salah, Faculté des lettres et sc. Hum. de Sousse
« La ville pour J.M.G. Le Clézio et A. Ernaux, un espace à traverser ou un lieu à habiter ? »

10h-12h  Quand le monde vient à la ville : autour de Paris
Salle Polyvalente 80 Rez-de-chaussée

Alison Rice, University of Notre Dame
« Paris cosmopolite : l’hospitalité, l’immigration et la mondialisation dans la littérature francophone »

Antje Ziethen Université de Kassel, Dynamics Space & Gender 
« Géo/Graphie urbaine. La poétique de l’espace parisien dans un roman africain »

Anne Kerebel, Université de Paris VIII, ERLIS
« La ville de Paris dans l’œuvre d’Undine Gruenter »

Moez Lahmédi, Université de Jendouba
« Belleville ou Babel-ville : l’écriture urbaine de Daniel Pennac »

14h-15h30 Textualités et textures des villes : effets de passés composites
Salle Bibliothèque universitaire 5e étage

Farida Gad El Hak, Université du Caire
« Beyrouth à travers un parfum de paradis »

Olivier Morel, University of Notre Dame
« L’espace littéraire blessé d’Imre Kertész ou le double berlinois »

Philippe Forêt, Université de Stockholm
« Le ciel était par dessus le toit : lecture des villes maoïstes à travers l’expérience de la rééducation à la campagne »

16h-17h Textualités et textures des villes : effets de personnages
Salle Bibliothèque universitaire 5e étage

Eugénie Romon, CECILLE, Université de Lille 3
« Le Madrid de Soledad Puértolas »

Nora Semmoud, Université de Tours, CITERES-EMAM, et Florence Troin, CNRS, CITERES-EMAM
« Barcelone et l’Ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón »

14h-15h30 Quand le monde vient à la ville : figures complexes
Salle Polyvalente 80 Rez-de-chaussée

Bernard Urbani, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
« Naples de Tahar Ben Jelloun, entre auberge des pauvres et labyrinthe des sentiments »

Theo Fort-Jacques, SET, Université de Pau
« New York, ville de l’étrangeté. Le Disparu de Franz Kafka »

Olivier Gaudin, Université de Poitiers, CRHIA
« Jeux de surfaces à New York City. Netherland 

16h-17h Quand le monde vient à la ville : figures étranges
Salle Polyvalente 80 Rez-de-chaussée

Sidi Omar Azeroual, Université Cadi Ayyad, Marrakech
« New York, une ville asexuée ? »

Valérie Dupuy, Institut nat. des Sc. appliquées de Toulouse, LLA
« La ville où l’on se sépare. Stylisation, présence, rupture : Tokyo chez Jean-Philippe Toussaint »

17h15-17h45 – Conclusion : une proposition de Mnceel R deterrg – Salle Bibliothèque universitaire 5e étage


Une réflexion au sujet de « Lire les villes – colloque, 16-17 juin 2011 (université de Tours) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *