24 février 2017
Michel COLLOT
Réflexions et propositions pour une écopoétique

Après avoir fait le point sur les tendances actuelles de l’écocritique, Michel Collot relève quelques-unes des questions qui restent selon lui à approfondir et propose quelques pistes de recherche orientées dans le sens d’une véritable écopoétique, qui prenne mieux en compte ce que Thomas Pughe appelle « le travail écologique de l’écriture ».

Henri RAYNAL
Le Pays sur le chevalet
Michel COLLOT
Henri Raynal et le paysage

Après la lecture par Henri Raynal d’un extrait de son texte consacré à la Meije : « Le Pays sur le chevalet », Michel Collot présente la place et la fonction occupée dans son œuvre le paysage, qui est au centre de sa poétique et de son esthétique ; la peinture et la poésie procèdent pour Raynal d’une relation intime au monde à laquelle convient seule une expression rendue elle-même sensible. C’est aussi le point de départ d’une réflexion plus proprement philosophique sur la place de l’homme dans l’univers et sur la nature de celui-ci, faisant de plus en plus appel aux enseignements de la science moderne

Henri RAYNAL, écrivain, poète et critique d’art, a toujours placé au coeur de son œuvre et de sa réflexion la question des rapports entre la création artistique et littéraire et la nature. Ses écrits sur l’art ont été recueillis dans La Double origine (Galerie Michèle Heyraud, 1996) et ses principaux essais dans Cosmophilie. Nouvelles locales du Tout (Cécile Défaut, 2016). Un dossier lui a été consacré dans La Revue du M.A.U.S.S (n°12,, 1998) et dans Poésie 2001 (n°90) ; un colloque a été organisé autour de son œuvre par l’Université de Caen et l’MEC en novembre 2016.

Pour écouter l’enregistrement de la séquence, cliquez sur son titre

19 mai 2017

Jean-Patrice COURTOIS
La coopération du regard écologique

« La coopération du regard écologique » signifie que l’on met le terme écologique à la suite des interrogations issues des textes interrogés eux-mêmes. Il ne peut s’agir d’un préalable ou d’un outil qui ouvre les textes philosophiques ou poétiques mais d’un regard qui guide les analyses produites à partir des œuvres. Ainsi la « théorie des climats », problème de l’histoire des idées et de la philosophie d’Hippocrate à Montesquieu peut-elle se lire et se revisiter à partir du concept d’environnementalisme transactionnel. Ainsi encore la rivière la Sorgue et le poème du même nom chez René Char peut-elle figurer un point de vue écologique à partir de la lecture d’Héraclite et des inscriptions matérielles dont la langue témoigne.

Pour écouter l’enregistrement de la conférence, cliquez sur son titre.

Tendances actuelles de l’écocritique (séance du 27 01 2017)

Références bibliographiques des ouvrages cités

Pierre Schoentjes, Ce qui a lieu : essai d’écopoétique, Wildproject, « Tête nue », 2015

 

Lawrence Buell, The Future of Environmental Criticism : Environmental crisis anf Literary Imagination, Blackwell, 2005.

 

Aldo Leopold, L’Almanach d’un comté des sables, Flammarion, 2000.

 

Lawrence Buell, Writing for an Endangered World, Harvard University Press, 2001.

 

John Baird Callicott, Éthique de la terre, Wildproject, 2010.

 

Félix Guattari, Les trois Écologies, Galilée, 1989

 

Michel Serres, Le Contrat naturel, Françoise Bourin, 1990

 

Augustin Berque, Le Sauvage et l’Artifice : les Japonais devant la nature, Gallimard, 1986.

 

Bruno Latour, Politiques de la nature : comment faire entrer les sciences en démocratie, La Découverte, 1999

 

Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005.

 

Élisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes, la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Fayard, 1998.

 

Stéphane Ferret, Deepwater Horizon. Éthique de la nature et philosophie de la crise écologique, Seuil, 2011

 

Dominique Bourg & Alain Papau (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, PUF, 2015.

 

Catherine & Raphaël Larrère, Penser et agir avec la nature, La Découverte, 2015.

 

Dominique de Courcelles (dir.), Goûter la terre : Histoire culturelle et philosophique des éléments, École nationale des chartes, 2016.

 

Michel Onfray, Cosmos : une ontologie matérialiste, Flammarion, 2015.

 

Fabien Locher, Grégory Quenet (dir.), « Histoire environnementale », numéro spécial de la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, n°56(4), 2009.

 

Denis Chartier, Estienne Rodary (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale, Presses de Sciences Po, 2015

 

Henri Raynal, La Double Origine, Galerie Michèle Heyraud, 1996.

 

Emmanuel Reibel, Nature et Musique, Fayard / Mirare, 2016.

 

Le Grand orchestre des animaux, catalogue de l’exposition, Fondation Cartier, 2016

 

Bernie Krause, Le Grand orchestre animal, Flammarion, 2013.

 

Nathalie Blanc, Vers une esthétique environnementale, Quae, 2008

 

Dominique Château, Herman Parret, Pere Salabert (dir.), Esthétiques de la Nature, Publications de la Sorbonne, 2007.

 

Kenneth White, Le Plateau de l’Albatros. Introduction à la géopoétique, Grasset, 1994.

 

Pierre Michon, La grande Beune, Verdier, 1996.

 

Gilles Clément, Thomas et le voyageur : esquisse du jardin planétaire, Albin Michel, 1997.

 

Jean-Loup Trassard, Dormance, Gallimard, 2000.

 

Pierre Bergounioux, Un peu de bleu dans le paysage, Verdier, 2001

 

Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie, Gallimard, 2011

 

Marie-Hélène Lafon, Album, Buchet-Chastel, 2012

 

Aurélie Loiseleur, Entrées en matière, Nous 2010.

 

Thomas Augais, Vers Baïkal, La Lettre volée, 2013

 

Fabienne Raphoz, Terre sentinelle, Héros-Limite, 2014

 

Olivier Domerg, Le temps fait rage, Le Bleu du ciel, 2015

 

Christian Prigent, Une Erreur de la nature, POL, 1996.

 

Michel Collot, « D’après nature », Zone sensible, n°4, mars 2016, p. 10-23.

 

Paysages écrits

https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits

 

Portail des Humanités environnementales

http://humanitesenvironnementales.fr/fr/axe-de-recherche/ecocritique

 

Alain Suberchicot, Littérature et environnement. Pour une écocritique comparée, Honoré Champion, 2012.

 

Écologie et politique, 2008/2, n° 36 : « Littérature et écologie : vers une écopoétique »

 

Fixxion n°11 : « Écopoétique », 2015.

 

Loxias n°52 : « (Re)lectures écocritiques : l’histoire littéraire européenne à l’épreuve de la question environnementale », 2016

 

Émilie Frémond, Le Surréalisme au grand air I. Écrire la nature. À paraître aux éditions Classiques Garnier.

 

Jonathan Bate, Romantic Ecology: Wordsworth and the Environmental Tradition, Routledge, 1991.

 

Laurence Coupe, Jonathan Bate (éd.), The Green Studies Reader : from romanticism to ecocriticim, Routledge, 2000

 

John Muir, Célébrations de la nature, Corti, 2011.

 

Jim Harrison, Théorie et pratique des rivières, UGE, 1985

 

Barry Lopez, Rêves arctiques : imagination et désir dans un paysage nordique, Albin Michel, 1986.

 

Edward Abbey, Désert solitaire, Hoëbeke, 1992.

 

Rick Bass, Les derniers Grizzlys, Gallmeister, 2010

 

William Rueckert, « Literature and Ecology: An Experiment in Ecocriticism », Iowa Review 9.1, 1978, p. 71-86.

 

Cherryl Glotfelty, Harold Fromm (éd.), The Ecocriticism Reader : Landmarks in Literary Ecology, University of Georgia Press, 1996.

 

Richard Kerridge et Neil Sammels (éd.), Writing the Environment : Ecocriticism and Literature, Zed books, 1998.

Greg Garrard, Ecocriticism, Routledge, 2004

 

Robert Pogue Harrison, Forêts : essai sur l’imaginaire occidental, Flammarion, 1992.

 

Lawrence Buell, The Environmental Imagination : Thoreau, Nature Writing and the formation of American culture, Harvard University Press, 1995.

 

Michael E. Soulé et G. Lease (dir.), Reinventing Nature ? Responses to postmodern deconstruction, Island Press, 1995.

 

Michael Vincent Mc Ginnis (éd.), Bioregionalism, Routledge, 1999.

 

Ursula Heise, Sense of Place and Sense of Planet : The Environmental Imagination of the Global, New York; Oxford University Press, 2008

 

Timothy Morton Ecology without Nature, Harvard University Press, Cambridge, 2007

Terry Gifford, Pastoral, Routledge, Londres, 1999.

 

Terry Gifford, Pastoral, Routledge, 1999.

 

Bryan L. Moore, Ecology and Literature: Ecocentric Personification from Antiquity to the Twenty-First Century, Palgrave-Macmillan, 2008.

 

Jonathan Bate, The Song of the Earth, Picador, Londres, 2000.

 

Thomas Pughe, « Réinventer la nature : vers une éco-poétique », Études anglaises, tome 58 n°1, 2005, p. 68-81.

 

Écologie et politique, 2008/2, n° 36 : « Littérature et écologie : vers une écopoétique »

 

Fixxion, n°11, 2015 : « Écopoétique »

http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/issue/view/21

 

Loxias, n°52, Université de Nice, 2016 : « (Re)lectures écocritiques : l’histoire littéraire européenne à l’épreuve de la question environnementale »

http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=8227

 

ELFe XX-XI, n°5, 2015 : « Approches de l’animal »

 

Claire Jaquier, « Écopoétique : un territoire critique », Fabula, Atelier de théorie littéraire

http://www.fabula.org/atelier.php?Ecopoetique

 

Alain Suberchicot, Littérature et environnement : pour une écocritique comparée, Champion, 2012.

 

Pierre Schoentjes, « Texte de la nature et nature du texte », Poétique, n° 164, p. 477-494.

 

Augustin Berque, Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie, Belin, 2014

 

Michel Collot, La Pensée-paysage. Philosophie, arts, littérature, Actes Sud / ENSP, 2011.

 

Loïc Fel, L’Esthétique verte : de la représentation à la présentation de la nature, Champ Vallon, 2009.

 

Keith Basso, L’eau se mêle à la boue dans un bassin à ciel ouvert
 : paysage et langage chez les Apaches occidentaux, Zones sensibles, 2016.

 

Mélanie Bourlet et Franck Guillemain, Bakary Diallo, mémoires peules, 2016.

http://videotheque.cnrs.fr/doc=4680

 

Michel Collot et Antonio Rodriguez (dir.), Paysage et poésies francophones, Presses Sorbonne nouvelle, 2005.

 

Henri Raynal, Cosmophilie, Cécile Défaut, 2016.

 

 

Écocritique et géographie littéraire

Mis en avant

Séminaire 2016-2017

Coordination : Michel Collot

Le séminaire sera cette année consacré aux rapports entre géographie littéraire et écocritique. Cette approche de la littérature, baptisée aussi parfois écopoétique ou environmental criticism, est en plein essor dans les pays anglo-saxons depuis plus d’un quart de siècle et en voie d’émergence dans la recherche française. Elle interroge dans les textes la relation de l’homme à son environnement et les représentations du monde vivant. Il s’agira d’évaluer ce qu’elle peut apporter aujourd’hui à la géographie littéraire et à une réflexion sur les rapports entre littérature, art et nature, que l’actualité nous invite à reconsidérer dans des termes nouveaux.

Pour consulter les résumés et les enregistrements des séances, cliquez ici.

27 janvier 2017

Michel COLLOT (UMR THALIM, Université Sorbonne nouvelle / CNRS / ENS)

Tendances actuelles de l’écocritique

 24 février 2017

Michel COLLOT
(UMR THALIM, Université Sorbonne nouvelle / CNRS / ENS)
Propositions pour une écopoétique

Henri RAYNAL (écrivain et critique d’art)
Le Pays sur le chevalet

Michel COLLOT
Henri Raynal et le paysage

 31 mars 2017

Aline BERGÉ
(UMR THALIM, Université Sorbonne nouvelle / CNRS)

Jean MOTTET
(Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Pour une écocritique des formes esthétiques : arts et savoirs du vivant

 21 avril 2017

Thomas PUGHE (Université d’Orléans)

Titre à préciser

 19 mai 2017

Jean-Patrice COURTOIS (Université Paris Diderot)

La coopération du regard écologique : littérature, poésie et philosophie

 16 juin 2017

Pierre SCHOENTJES (Université de Gand)

Lieux littéraires de l’engagement écologique

 Anne SIMON (UMR CRAL, EHESS / CNRS)

De la zoopoétique

 le séminaire aura lieu le vendredi de 17 h à 19 h

au Centre Censier, 13 rue Santeuil 75005 Paris

(salle 445, 4ème étage)

 

Séminaire Le Parti pris des lieux

Mis en avant

 séance du 3 juin 2016

17 h-19h

 Laetitia ZECCHINI (CNRS / UMR THALIM)

Les Mondes de Bombay : poésie et hospitalité

Laetitia ZECCHINI, membre de l’équipe ARIAS au sein de l’UMR THALIM, est chargée de recherche au CNRS, qui lui a décerné en 2015 sa médaille de bronze. Spécialiste de la poésie indienne contemporaine en anglais et en hindi, elle a traduit, préfacé et annoté le recueil d’Arun Kolatkar, Kala Ghoda. Poèmes de Bombay (Poésie /Gallimard, édition bilingue, 2013) et publié Arun Kolatkar and Literary Modernism in India,(Delhi, London, New York, Bloomsbury Publishing, 2014). Elle prépare une anthologie en français de la poésie indienne contemporaine.

la séance aura lieu en salle 445 (4ème étage)

au Centre Censier Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Séminaire Le Parti pris des lieux

Mis en avant

séance du 20 mai 2016 17 h-19h

Marion GRAF

(Directrice de la Revue de Belles Lettres, Lausanne)

&

Antonio RODRIGUEZ

(Université de Lausanne)

Ici est le lieu :

positions, situations, reconnaissances

de la poésie en Suisse et en Europe

D’un côté, la poésie ouvre souvent une scène à partir de l’ « ici et maintenant », convoque une lecture comme si les événements se déroulaient sous nos yeux. D’un autre, un pays, la Suisse, préfiguration d’une Europe possible, est constituée de littératures en quatre langues. Comment rassembler ces deux faits et l’articulation des « lieux » que cela produit ? Comment considérer la Suisse par rapport à sa littérature et à sa poésie ? Est-ce une concentration de périphéries (françaises, allemandes, italiennes), une addition de champs autonomes ou un laboratoire singulier pour observer ce que peut être une Europe littéraire ? Quels sont les lieux évoqués chez les principaux poètes francophones (Cendrars, Roud, Jaccottet) ? Comment les poésies associent différents lieux (par le voyage, la métaphore ou la mythologie) ? Comment s’articulent les positions et les reconnaissances dans des situations parfois mises en scène ?  Que nous disent ces modèles sur les difficultés et les nécessités d’élaborer une littérature à échelle européenne face au modèle « global » anglo-saxon ?

Références :

Histoire de la littérature en Suisse romande, Roger Francillon (dir.), 2e édition, Genève : Zoé, 2015.
Revue de Belles-Lettres, site : http://www.larevuedebelleslettres.ch
Le site poesieromande.ch : http://www.poesieromande.ch

Marion GRAF, est traductrice, critique de poésie (Journal de Genève, Le Temps), et dirige La Revue de Belles-Lettres. Elle a édité l’ouvrage L’Ecrivain et son traducteur en Suisse et en Europe (Zoé, 1998). Avec José-Flore Tappy, elle a publié l’Anthologie de la poésie en Suisse romande depuis Blaise Cendrars (Seghers, 2005). Elle vit à Schaffhouse depuis 1983, et elle est membre du Jury fédéral de littérature.

Antonio RODRIGUEZ est poète (Big bang Europa, Tarabuste 2015) et professeur de littérature française à l’Université de Lausanne, secrétaire général de l’International Network for the Study of Lyric, président du Printemps de la poésie en Suisse romande, fondateur du site poesieromande.ch.   

la séance aura lieu en salle 445 (4ème étage)

au Centre Censier Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Séminaire Le Parti pris des lieux

Mis en avant

séance du 8 avril 2016

17 h-19h

Danièle LECLAIR

(Université Paris-Descartes, UMR THALIM)

« Tutoyer la terre » : lieux et métaphores dans la poésie de René Char

Danièle Leclair est maître de conférences à l’université Paris-Descartes et membre de l’UMR Thalim. Ses recherches concernent surtout la poésie du XXe siècle et portent sur la genèse des textes, le dialogue des œuvres et les affinités poétiques. Elle a publié une biographie de Char, René Char. Là où brûle la poésie (éd. Aden, 2007), et co-dirigé le Dictionnaire René Char (éd. Classiques Garnier, 2015).

 la séance aura lieu en salle 445 (4ème étage)

au Centre Censier Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

séminaire Le parti pris des lieux

Mis en avant

Séance du 11 mars de 17 h à 19 h

Myriam SUCHET

(Université Sorbonne nouvelle, UMR THALIM)

Promenades en poésie du Québec :

éventail de cartes et autres parcours sonores

Myriam Suchet est maître de conférence en littératures francophones et françaises à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3, où elle dirige le Centre d’études québécoises (UMR Thalim, www.univ-paris3.fr/ceq). Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes, elle a soutenu en 2010 une thèse de littérature comparée et de traductologie, en cotutelle entre les Universités Lille 3 et Concordia (Montréal). Ses principaux domaines de recherche sont les littératures québecoises, la traduction et la question de l’hétérolinguisme. Son dernier ouvrage, L’Imaginaire hétérolingue. Ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues, est paru en juin 2014 aux éditions Classiques Garnier.

la séance aura lieu en salle 445 (4ème étage) au Centre Censier

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle 13 rue Santeuil, Paris 5ème

NB : l’enregistrement des premières séances du séminaire est en ligne à l’adresse :

Séminaire 2015/16

séminaire Le parti pris des lieux

Mis en avant

séance du 5 février 2016 17 h-19h

Patrick NÉE (Université de Poitiers)

Yves Bonnefoy, de lieux en lieu

Patrick NÉE est Professeur à l’Université de Poitiers, où il dirige l’équipe Histoire et poétique des genres, actuellement engagée dans un programme de recherche sur la poétique de l’essai. Il est un des meilleurs spécialistes de l’œuvre d’Yves Bonnefoy, auquel il a consacré plusieurs essais, notamment : Poétique du lieu dans l’œuvre d’Yves Bonnefoy ou Moïse sauvé, P.U.F., 1999 ; Yves Bonnefoy penseur de l’image, ou les Travaux de Zeuxis, Gallimard, 2006.

la séance aura lieu en salle 445 (4ème étage) au Centre Censier Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Séance du 22 janvier 2016

Michel Collot

Le Parti pris des lieux (suite)

Michel Collot poursuivra la présentation de la problématique du séminaire, arrêtée le 15 janvier au Parti pris des lieux de Francis Ponge. Il évoquera les diverses tendances qui se sont fait jour en France depuis la guerre dans l’écriture poétique des lieux

la séance aura lieu en salle 445 (4ème étage)

au Centre Censier Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

 

Jean-Louis TISSIER – « Pratique et poétique de la carte chez Julien Gracq »

Séminaire Vers une géographie littéraire

13 mars 2015
Jean-Louis TISSIER (UMR Géographie-cités, Université Panthéon Sorbonne Paris
Pratique et poétique de la carte chez Julien Gracq

Enregistrement audio de la conférence

PWPT Conférence

Documents mentionnés et utilisés pendant la conférence :

Julien Gracq sur la carte comme « objet magique » :

Julien Gracq sur le « paysage-histoire »