Séminaire 2015/16

Ce séminaire croisera les recherches sur la géographie littéraire et sur la poésie moderne menées ces dernières années dans une perspective comparatiste et pluridisciplinaire. Il s’agira d’étudier la représentation des lieux dans la poésie moderne, en s’interrogeant sur ce qui la distingue d’autres formes d’expression, étudiées antérieurement (par exemple romanesque ou théâtrale), ou d’autres périodes littéraires, et de confronter les enjeux divers qu’elle peut revêtir dans différentes aires géographiques, linguistiques et culturelles, en fonction de choix esthétiques et contextes politiques et historiques particuliers.

Programme du séminaire

Séance du 15 janvier 2016

Michel Collot : Le parti pris des lieux

Michel Collot présente la problématique du séminaire, en proposant une définition de la notion de lieu et en dégageant les principales tendances de la poétique des lieux dans la poésie française après-guerre, en s’arrêtant sur le cas de Francis Ponge, dans l’œuvre duquel le parti pris des lieux, qui s’inscrit dans le prolongement du parti pris des choses mais témoigne d’une évolution sensible de la thématique et de l’écriture du poète, prend de plus en plus d’importance, depuis Le Carnet du Bois de pins, rédigé en 1940 jusqu’à La Fabrique du pré, publiée en 1972.

On peut écouter l’enregistrement de la séance en cliquant sur son titre.

Séance du 22 février 2016

Michel Collot, Le parti pris des lieux (suite)

Michel Collot présente les différents types d’approche du lieu qui se sont développées en France à partir des années 1960 : une « topologie négative », illustrée par exemple par la poésie et la poétique d’Yves Bonnefoy au début de sa carrière, qui, en quête d’un « lieu hors de tout lieu » (Claude Esteban), se heurte aux limites du langage ; une démarche objectiviste, qu’illustre par exemple Emmanuel Hocquard, et qui cherche à neutraliser toute forme de subjectivité dans l’évocation ou la description des lieux ; elle s’accompagne souvent d’une stratégie littéraliste, qui trouve dans la poésie sonore (par exemple chez Bernard Heidsieck) ou spatiale (Pierre Garnier) une expression radicale, qui minimise l’importance du signifié et du référent au profit du signifiant. Depuis les années 1980, les poètes qui se réclament, souvent dans le sillage de Jacques Réda, d’un « nouveau lyrisme », cherchent à redonner sens au lieu à partir de l’expérience d’un sujet.

On peut écouter l’enregistrement de la séance en cliquant sur son titre.

Séance du 5 février 2016

Patrick NÉE : Yves Bonnefoy de « lieux » en « lieu »

Le parcours notionnel présenté par Patrick Néé a abordé successivement les points suivants :

–   tout d’abord l’opposition structurelle, pour Yves Bonnefoy, de « l’espace » et du « lieu » ;

–   la constitution des lieux en une dualité qui conditionne la question du  lieu comme tel : celle de l’Ailleurs et de l’Ici ;

–    la dénonciation du « vrai lieu » (toujours visé ailleurs) au profit du seul « lieu » de l’Ici ;

–     la « géographie » du lieu qui cache toujours une « histoire », voire une « proto-histoire » fondatrice

–     la question de l’architecture du lieu : « forme » et « nombre » sont-ils de l’Ailleurs ou de l’Ici ?

–       in fine, le lieu comme d’abord un lieu psychique.

Voici le texte intégral de la conférence de Patrick Née

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *