Séminaire 2016-2017

Séminaire 2017
ÉCOCRITIQUE & GÉOGRAPHIE LITTÉRAIRE

Le séminaire sera cette année consacré aux rapports entre géographie littéraire et écocritique. Cette approche de la littérature, baptisée aussi parfois écopoétique ou environmental criticism, est en plein essor dans les pays anglo-saxons depuis plus d’un quart de siècle et en voie d’émergence dans la recherche française. Elle interroge dans les textes la relation de l’homme à son environnement et les représentations du monde vivant. Il s’agira d’évaluer ce qu’elle peut apporter aujourd’hui à la géographie littéraire et à une réflexion sur les rapports entre littérature, art et nature, que l’actualité nous invite à reconsidérer dans des termes nouveaux.

Pour écouter l’enregistrement d’une séance ou d’une séquence, cliquez sur son titre.

27 janvier
Michel COLLOT (UMR THALIM, Université Sorbonne nouvelle / CNRS / ENS)
Tendances actuelles de l’écocritique

Un des points communs entre la géographie littéraire et l’écocritique est l’intérêt qu’elles portent l’une et l’autre à la représentation des lieux, qui a été le thème du séminaire 2015-2016. Avant d’explorer d’autres points de convergence entre ces deux approches des textes littéraires, il convenait de retracer l’histoire de l’écocritique, depuis son émergence aux USA dans les années 1990, jusqu’à ses développements actuels. Cet historique fait apparaître l’évolution qui a conduit l’ecocriticism américain d’un certain naturalisme censé renverser la perspective anthropocentrique familière à la tradition occidentale, vers une attention de plus en plus grande aux enjeux sociaux de la problématique environnementale. Écocentrique ou sociocentrique, l’ecocriticism, qui s’est développé dans le cadre des cultural studies, relève autant de la critique sociale, politique et idéologique que de la critique littéraire. Les questions soulevées par une telle approche des textes n’ont été prises en charge que depuis une quinzaine d’années par la recherche européenne, qui tend à s’orienter vers une écopoétique, plus soucieuse de leur dimension proprement littéraire.

Pour écouter l’enregistrement de la séance, cliquez sur son titre.

Pour consulter les références bibliographiques des ouvrages cités dans l’ordre où ils ont été mentionnés, cliquez sur ce lien.

24 février 2017
Michel COLLOT
Réflexions et propositions pour une écopoétique

Après avoir fait le point sur les tendances actuelles de l’écocritique, Michel Collot relève quelques-unes des questions qui restent selon lui à approfondir et propose quelques pistes de recherche orientées dans le sens d’une véritable écopoétique, qui prenne mieux en compte ce que Thomas Pughe appelle « le travail écologique de l’écriture ».

Henri RAYNAL
Le Pays sur le chevalet
Michel COLLOT
Henri Raynal et le paysage

Après la lecture par Henri Raynal d’un extrait de son texte consacré à la Meije : « Le Pays sur le chevalet », Michel Collot présente la place et la fonction occupée dans son œuvre le paysage, qui est au centre de sa poétique et de son esthétique ; la peinture et la poésie procèdent pour Raynal d’une relation intime au monde à laquelle convient seule une expression rendue elle-même sensible. C’est aussi le point de départ d’une réflexion plus proprement philosophique sur la place de l’homme dans l’univers et sur la nature de celui-ci, faisant de plus en plus appel aux enseignements de la science moderne

Henri RAYNAL, écrivain, poète et critique d’art, a toujours placé au coeur de son œuvre et de sa réflexion la question des rapports entre la création artistique et littéraire et la nature. Ses écrits sur l’art ont été recueillis dans La Double origine (Galerie Michèle Heyraud, 1996) et ses principaux essais dans Cosmophilie. Nouvelles locales du Tout (Cécile Défaut, 2016). Un dossier lui a été consacré dans La Revue du M.A.U.S.S (n°12,, 1998) et dans Poésie 2001 (n°90) ; un colloque a été organisé autour de son œuvre par l’Université de Caen et l’MEC en novembre 2016.

Pour écouter l’enregistrement de la séquence, cliquez sur son titre

21 avril 2017
Thomas PUGHE
L’écopoésie et le travail écologique de la langue

« Cette présentation s’inscrit dans le mouvement écocritique. J’ai essayé dès le début de ce mouvement dans les années 1990 d’en suivre l’évolution et les différents courants. Ma propre approche a toujours été relativement « conservatrice » ou, en tout cas, proche des prémière manifestations de ce courant. Elle peut se résumer par la question : « Que peut la littérature ? » En effet, est-ce que les textes littéraires, au-delà des thématiques qu’ils abordent, peuvent contribuer, par le travail de la langue, aux débats écologiques et à la transition vers des comportements plus conscients de l’environnement ?

C’est cette question qui m’amène à me pencher sur la question de l’« écopoésie » anglophone et notamment américaine. Mon approche n’est cependant pas fondée sur une définition qui établirait un sous-genre illustré par des exemples de poèmes qui semblent correspondre à cette définition. J’ai préféré travailler à partir de deux anthologies récentes, de taille et d’orientation assez différentes, mais qui ont en commun leur utilisation du terme « écopoésie ». Il s’agit, d’une part ,de l’Anthologie d’écopoésie (The Ecopoetry Anthology), éditée en 2013 par Anne Fisher-Wirth et Laura-Gray Street, et, de l’autre, de Redstart : An Ecological Poetics, un manifeste d’écopoésie co-écrit par Forrest Gander et John Kinsella (2012).

Ma problématique est très simple : en analysant quelques poèmes tirés de ces ouvrages, peut-on isoler certaines qualités du langage poétique qui justifieraient le classement de ces textes dans une catégorie à part ? Plus précisément, et pour citer l’un des textes théoriques proposés dans Redstart : « Au-delà de la thématique d’un poème ou des références à une situation réelle, comment des éléments tels la syntaxe, la forme des vers, ou l’organisation visuelle d’un poème sur la page peuvent-ils exprimer une éthique écologique ? » Nous trouverons quelques éléments de réponse à cette question dans des poèmes de Gary Snyder, A.R. Ammons, Lorine Niedecker ainsi que de Gander et Kinsella.

Pour écouter l’enregistrement de la séance, cliquez sur son titre
Pour consulter les références bibliographiques des ouvrages et les textes cités dans l’ordre où ils ont été commentés, cliquez sur le lien ci-dessous :

PUGHE Présentation ecopoetry

19 mai 2017
Jean-Patrice COURTOIS
La coopération du regard écologique

« La coopération du regard écologique » signifie que l’on met le terme écologique à la suite des interrogations issues des textes interrogés eux-mêmes. Il ne peut s’agir d’un préalable ou d’un outil qui ouvre les textes philosophiques ou poétiques mais d’un regard qui guide les analyses produites à partir des œuvres. Ainsi la « théorie des climats », problème de l’histoire des idées et de la philosophie d’Hippocrate à Montesquieu peut-elle se lire et se revisiter à partir du concept d’environnementalisme transactionnel. Ainsi encore la rivière la Sorgue et le poème du même nom chez René Char peut-elle figurer un point de vue écologique à partir de la lecture d’Héraclite et des inscriptions matérielles dont la langue témoigne.

Pour écouter l’enregistrement de la conférence, cliquez sur son titre.