« La spatialité littéraire au prisme de la géographie »

Journées d’études

« La spatialité littéraire au prisme de la géographie »

Organisées par Muriel Rosemberg, E.H.G.O (UMR Géographie-cités, Paris 1)

Date : 20-21 avril 2015
Lieu : Institut de Géographie, Université de Paris 1, salle 402

Ces journées d’études sur « La spatialité littéraire au prisme de la géographie », organisées par l’UMR Géographie-cités (équipe EHGO), permettront de réunir des géographes espagnols, français et italiens qui travaillent sur la thématique géolittéraire, autour de préoccupations qui les rassemblent : constituer un réseau à partir de chercheurs du « monde latin » autour d’une réflexion sur les savoirs spatiaux de la littérature qui permette de structurer les recherches en géolittérature.

Nous partons du constat empirique que la production géolittéraire reste dispersée, dans les supports de publication comme dans les lieux de recherche, bien que la légitimité de la littérature dans l’activité savante du géographe ait été affirmée depuis plus de quarante ans (par A. Frémont, par exemple). A cet égard, ces journées sont envisagées comme un jalon pour améliorer la visibilité des recherches en géolittérature et les structurer. En faisant le choix d’une rencontre ouverte à la France, l’Espagne et l’Italie, nous entendons conforter des complicités culturelles de la romanité, qui s’expriment dans les mots et les lieux, dans des rapports à l’espace et des façons de les nommer. Nous espérons aussi améliorer la (re)connaissance des travaux menés dans les trois pays, travaux qui souffrent d’une faible diffusion parce qu’ils sont peu ou pas traduits et ne bénéficient pas de la visibilité des publications anglophones. C’est pourquoi nous prévoyons de publier les actes de ces journées soit en français dans un numéro thématique de L’Espace géographique, soit en conservant les langues respectives des auteurs dans la revue Cybergeo.

La rencontre entre géographie et littérature, qu’implique toute recherche géolittéraire, engage à définir l’objet qui est mis au cœur de la rencontre, et cet objet, pour le géographe, est ce que la littérature peut lui apprendre sur ses pratiques et ses questionnements. Convaincus que la littérature peut porter des savoirs de l’espace et une pensée sur l’espace, et qu’il s’agit là d’une perspective de recherche stimulante à la fois pour la géographie et pour son dialogue avec la littérature, nous avons choisi de centrer la réflexion, au cours de ces deux journées, sur les relations entre la spatialité de l’écrivain et la spatialité ou la territorialité du géographe, les circulations, les écarts, et la façon dont celle-là met en question ou entre en résonance avec celle-ci. C’est donc la valeur cognitive des œuvres qu’il s’agira de mettre en évidence, en montrant la contribution qu’elles apportent à la compréhension de la spatialité et la leçon de géographie qu’elles portent. Mais le savoir de la littérature n’est pas un savoir savant. Là où les savoirs spécialisés analysent un plan de la réalité selon des points de vue séparés, la littérature multiplie les points de vue, parfois difficilement conciliables, visant à produire un « regard total » sur le monde (E. Sabato, L’Ange des Ténèbres, 1974). Là où la science recourt à des concepts, la littérature montre une pensée ou une conception incorporée dans les gestes et les regards des personnages, favorisant une intelligibilité de la spatialité en la rendant visible/sensible. On s’intéressera donc également aux modalités propres de la spatialité littéraire, à la façon dont la pensée spatiale de la littérature « s’élabore au nœud d’une forme et d’un discours » (V. Debaene L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, 2010). Comme en témoignent, parmi d’autres, quelques publications des contributeurs à ces journées, le savoir de la littérature rencontre le savoir savant, en rappelant au géographe son « identité culturelle : être géographe, c’est aussi une manière d’être sensible au monde » (J-L. Tissier, « De l’esprit géographique dans l’œuvre de Julien Gracq », L’Espace Géographique, 1981/1). Cette convergence de l’écrivain et du géographe, leur connivence avec le monde dont leurs textes sont l’écho (la connivence paysagère d’un G. Sautter, par exemple), sera une troisième façon d’interroger la spatialité/la territorialité et la rencontre entre littérature et géographie.

 

Programme  

  • Lundi 20 avril

Matin : La littérature pour penser l’espace

9h30 : accueil des participants, introduction

10h-11h : Pascal Clerc (ESPE Lyon) : « Habiter le monde sans repères : éclairages littéraires »

11h-12h : Marcello Tanca (Université de Cagliari) : « Les chansons de Paolo Conte : une contribution à penser l’espace »

12h-13h : Muriel Rosemberg (Université d’Amiens) : « Ecrivains des marges : une contribution à penser le lieu et le monde »

Après-midi : Géographies savante et littéraire

14h30-15h30 : Dino GAVINELLI : « Sensibilités poétiques et enquêtes géographiques pour une lecture des transformations urbaines de Milan (1945-2014) »

15h30-16h30 : Davide PAPOTTI : « Potamologie littéraire. L’image du fleuve dans les fictions de Francesco Guccini »

  • Mardi 21 avril

Matin : La spatialité de l’écrivain

9h30-10h30 : Henri Desbois (Université de Paris 10) : « La carte et le territoire littéraire : retour sur les Rochers errants (James Joyce, Ulysse, épisode 10) »

10h30-11h30 : Joan TORT (Université de Barcelone) : « Garcia Lorca ou le génie créatif. Notes et suggestions à propos du regard total de l’écrivain »

11h30-12h30 : Jean-Louis Tissier  (Université de Paris 1) : « Terres du couchant (Julien Gracq) »

Après-midi : 14h00-16h30

Travail collectif en vue d’un projet de collaboration

Durée de la communication : environ 3/4h + 1/4h discussion

Liste des communications

TORT Joan : « Garcia Lorca ou le génie créatif. Notes et suggestions à propos du regard total de l’écrivain »

CLERC Pascal : « Habiter le monde sans repères : éclairages littéraires »

DESBOIS Henri : « La carte et le territoire littéraire : retour sur les Rochers errants (James Joyce, Ulysse, épisode 10) »

GAVINELLI Dino : « Sensibilités poétiques et enquêtes géographiques pour une lecture des transformations urbaines de Milan (1945-2014) »

PAPOTTI Davide : « Potamologie littéraire. L’image du fleuve dans les fictions de Francesco Guccini »

ROSEMBERG Muriel : « Ecrivains des marges : une contribution à penser le lieu et le monde »

TANCA Marcello : « Les chansons de Paolo Conte : une contribution à penser l’espace »

TISSIER Jean-Louis : « Terres du couchant (Julien Gracq) »

Liste des contributeurs :

CLERC Pascal, MCF HDR en Géographie, ESPE de Lyon (Géographie-cités, Paris 1) clercpascal[at]wanadoo.fr

DESBOIS Henri, MCF HDR en Géographie, Université de Paris 10 (LAVUE) Henri.Desbois[at]ens.fr

GAVINELLI Dino, Professeur associé en Géographie, Université de Milan dino.gavinelli[at]unimi.it

PAPOTTI Davide, Professeur associé en Géographie, Université de Parme dpapotti[at]unipr.it

ROSEMBERG Muriel, MCF HDR en Géographie, Université de Picardie Jules Verne (Géographie-cités, Paris 1) muriel.rosemberg[at]wanadoo.fr

TANCA Marcello, Chercheur en Géographie, Université de Cagliari mtanca[at]unica.it

TORT Joan, Professeur en Géographie, Université de Barcelone jtort[at]ub.edu

Avec la participation de Jean-Louis TISSIER, Professeur émérite en Géographie, Université de Paris 1 (Géographie-cités, Paris 1) tissierjl58[at]orange.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *