Compte-rendu de la séance d’ouverture du séminaire

Séminaire Vers une géographie littéraire ?

Compte-rendu de la séance du 14 janvier 2011

La première séance du séminaire a réuni une assistance nombreuse : une quarantaine d’étudiants, de chercheurs et d’enseignants-chercheurs, venus de plusieurs universités de Paris, de province et de l’étranger, et représentant différentes disciplines, et notamment la géographie et les littératures française, allemande, anglaise, russe, espagnole, scandinaves, brésilienne, chinoise, coréenne … Cette affluence et cette diversité montrent que notre initiative répond à une actualité de la recherche et à un besoin : les chercheurs qui s’intéressent à la géographie littéraire sont assez dispersés et nous espérons leur offrir dans le cadre du séminaire et de ce blog un lieu pour se réunir et échanger, afin de construire ensemble un champ qui est encore un chantier.

L’objectif du séminaire de cette année étant de dresser un « état des lieux » de la recherche en géographie littéraire, Michel Collot a voulu, en guise d’introduction, faire le point sur l’actualité de ces recherches, et les situer dans leur contexte intellectuel, littéraire et artistique. Ce parcours, qui ne prétendait pas à l’exhaustivité, était surtout l’occasion de poser les premiers jalons d’une réflexion sur les présupposés, les enjeux et les méthodes d’une géographie littéraire : c’est là un autre objectif, essentiel à ses yeux, du travail de ce séminaire.

Actualité

La notion de « géographie littéraire » n’est pas nouvelle ; elle est apparue en France au début du XXe siècle, mais elle ne s’est jamais imposée au point de constituer une discipline à part entière, contrairement à l’Histoire littéraire, qui domine depuis plus d’un siècle les études littéraires françaises, ce qui n’est pas forcément le cas dans les pays anglo-saxons, où la géographie littéraire semble avoir a droit de cité depuis plus longtemps dans les universités. Mais il se trouve que depuis quelque temps, on s’intéresse de plus en plus au rôle de l’espace dans les faits et les textes littéraires, pas seulement dans les pays anglo-saxons, mais aussi en France.

Michel Collot mentionne quelques manifestations récentes de cet intérêt pour l’espace dans les études littéraires françaises : sujets de thèse, thèmes de colloque, centres de recherche, ouvrages. Ce n’est qu’un modeste échantillon, qui se voudrait l’amorce d’une recension plus complète de l’actualité en matière de géographie littéraire. Nous souhaitons mettre en ligne une bibliographie beaucoup plus complète. Nous vous serions reconnaissants de nous signaler les articles et ouvrages dont vous avez pu avoir connaissance et qui vous semblent intéresser cette approche des textes littéraires. Et nous accueillerons volontiers les compte-rendus que vous souhaiteriez publier sur les contributions les plus remarquables.

Cet intérêt pour la dimension géographique des faits et des textes littéraires s’est traduite par l’invention de néologismes qui correspondent à autant de tentatives pour théoriser les rapports entre la littérature et l’espace, comme la géopoétique, qu’on connaît depuis les années 1980, ou la géocritique, qui est apparue dans les années 2000. Ces deux termes renvoient à des problématiques et des démarches spécifiques, que viendront nous présenter leurs promoteurs, Bertrand Westphal (en avril) et Kenneth White (en juin). Cet intérêt ne se manifeste pas seulement en France, mais aussi à l’étranger, notamment en Allemagne, en Italie, aux Etats- Unis, et au Canada. Une des contributions les plus remarquables et les plus remarquées au niveau international a été celle de l’italien Franco Moretti, qui enseigne aux USA et qui a publié entre autres en 1997 un Atlas du roman européen. Nous consacrerons en mai une séance aux travaux de Moretti, avec qui nous nous entretiendrons par visioconférence.

Contexte

Michel Collot situe ce regain d’intérêt pour l’espace littéraire dans son contexte intellectuel, littéraire et artistique. Il lui semble s’inscrire dans ce qu’on a pu appeler le « tournant spatial » ou le « tournant géographique » des Sciences de l’Homme et de la Société, de plus en plus attentives à l’inscription des faits hmains et sociaux dans l’espace. Julien Knebusch reviendra plus en détails le 4 février sur cette mutation et sur cette notion, qui a donné lieu à de nombreux débats. Michel Collot s’est borné à en signaler quelques symptômes, dans le champ de l’Histoire, qui tend à devenir une « géohistoire », et de la philosophie, soulignant en particulier l’intérêt que revêt, à ses yeux, la redéfinition de la conscience par la phénoménologie comme « être au monde » ou « être-là », qui doit conduire, selon lui, à relativiser la distinction entre une approche « géo-centrée » et un point de vue « ego-centré ». Il insiste surtout sur l’attention que tout un courant de la géographie moderne, dit « humaniste », prête à la littérature, dans laquelle il trouve l’image d’un « espace vécu » souvent négligé par une approche purement quantitative des données géographiques.

Si de nombreux géographes, tel Jean-Louis Tissier, que nous entendrons en mars, s’intéressent à la littérature, de plus en plus d’écrivains font une large place dans leurs œuvres à l’espace et à une inspiration géographique. L’intérêt récent de la critique littéraire pour la représentation de l’espace dans les textes ne fait que répondre à un certain état de la pratique littéraire elle-même. Après le linguistic turn qui s’est traduit dans la littérature et dans la théorie littéraire françaises par la mode du textualisme ou du formalisme dans les années 60 et 70, s’est manifesté, à partir des années 1980, le désir de rouvrir la littérature au monde. Michel Collot en cite quelques exemples : la vogue des récits de voyage, le mouvement en faveur d’une « littérature-monde », qui n’exclut pas l’ancrage dans le lieu et un certain renouveau du régionalisme littéraire.

Cette promotion de l’espace concerne l’ensemble des genres littéraires et pas seulement les thèmes mais les formes littéraires elles-mêmes, comme le montrent la spatialisation de la poésie contemporaine, et le déclin de la narration traditionnelle en faveur de ce qu’on peut appeler des « récits d’espace ». Tout se passe comme si l’espace avait profité de la crise de la narration, de la chronologie et de la psychologie pour occuper une place croissante dans la « fiction » contemporaine. Cette évolution des pratiques et des formes littéraires est la principale raison qui plaide en faveur d’une meilleure intégration de la dimension spatiale dans les études littéraires.

Elle rejoint l’évolution des pratiques artistiques, qui, depuis un demi-siècle, investissent de plus en plus fréquemment et puissamment des lieux qui ne sont plus les lieux réservés depuis le XIXe siècle à l’art : musées et galeries, mais des lieux ouverts à l’espace géographique. On a pu parler à ce propos d’  « œuvre-lieu » (Fabien Faure), d’art in situ (Daniel Buren) ou de site specific work (Richard Serra). Le Land Art est une manifestation majeure de cette tendance, dont une des plus récentes est l’émergence de ce qu’on appelle aujourd’hui « locative media art », qui permet par exemple à Christian Nold de dresser des « sensitive maps » ou des « emotion maps » des quartiers de nos villes, non sans rappeler la pratique pionnière de la « dérive » situationniste, révélatrice des ambiances urbaines, et fondatrice d’une véritable « psychogéographie ».

En exprimant pour conclure son attachement à la notion de « paysage », qui reste pour lui une entrée privilégiée dans les territoires de l’imaginaire des écrivains, Michel Collot a tenu à se situer dans le champ très ouvert d’une géographie littéraire qui, à ses yeux, recouvre au moins trois dimensions ou trois orientations distinctes mais complémentaires :

1/ une géographie de la littérature qui étudie le contexte spatial dans lequel sont conçues, écrites, éditées, diffusées, traduites les œuvres, et qui se situe sur le plan géographique, mais aussi historique, social et culturel ;

2/ une géocritique (entendue au sens large), qui étudie les représentations de l’espace dans les textes eux-mêmes et qui se situe plutôt sur le plan de l’imaginaire et de la thématique littéraires ;

3/ une géopoétique, qui étudie les rapports entre l’espace et les formes et genres littéraires, au double plan d’une stylistique et d’une poétique.

Tel est le trivium qui se propose à nos travaux. Les prochaines séance du séminaire devraient nous aider à remplir ce beau programme, avec l’aide de toutes et de tous.

Michel Collot et Julien Knebusch


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.