Compte-rendu de la séance de séminaire du 4 février 2011

Séminaire « Vers une géographie littéraire ? »

Compte-rendu de la séance du 4 février 2011

Lors de cette deuxième séance du séminaire Julien Knebusch a fait le point sur la discussion et le débat international essentiellement anglo-américain et allemand sur le tournant spatial dans les sciences de l’homme et de la société en réservant une large place à la littérature. À ce titre, il a préparé une bibliographie essentiellement en langue allemande et anglaise pour refléter la richesse de travaux contemporains sur les questions associant notamment la littérature et l’espace (la bibliographie est annexée à la fin de ce compte-rendu).

L’exposé s’est déroulé en deux temps : d’abord, Julien Knebusch a commencé par retracer l’histoire de la discussion internationale sur le spatial turn, en prêtant attention à ses enjeux et aux critiques qui ont été soulevées à l’encontre de cette notion, pour s’intéresser ensuite aux apports de ce débat interdisciplinaire à la critique littéraire ainsi qu’à la contribution de cette dernière à l’étude de l’espace dans les différentes sciences humaines et sociales.

Histoire du « tournant spatial » 

L’idée d’un « tournant spatial » comme phénomène interdisciplinaire dans les sciences sociales a été énoncée pour la première fois en 1989 par le géographe californien Edward Soja dans son essai Postmodern Geographies pour signifier, assez modestement, une plus grande attention portée à l’espace dans les sciences sociales depuis la fin des années 1960 sous l’impulsion notamment des travaux du philosophe français Henri Lefebvre. Au vu des différentes théorisations de l’exploration spatiale notamment en Histoire [Osterhammel, 1998 ; Schlögel, 2003], Sociologie [Löw, 2001], Littérature [Weigel, 2002] et Philosophie [Günzel, 2005], il semble justifié de parler aujourd’hui de tournant, même s’il faut reconnaître sa grande variété : il peut être qualifié de « spatial », de « géographique », de « topologique » ou de « topographique ». Étant donné le flou qui entoure la notion, deux publications collectives et interdisciplinaires ont commencé à faire le point sur le sujet en 2008 [Warf/Arias, 2008 et Döring/Thielmann, 2008].

Le fond commun des avocats du tournant spatial semble être une critique commune de l’hégémonie du paradigme historiciste mais aussi celle du renversement pur et simple de ce paradigme historiciste, soit des idées postmodernes de fin de l’histoire et de disparition de l’espace, très répandues depuis les années 1980. Pour autant, le sens même de l’idée du « tournant » demeure disputé et varie considérablement en fonction des auteurs et fait apparaître des enjeux et des orientations différents : soit d’une part l’idée d’un modeste « changement de perspective » induisant une sensibilité désormais à la dimension spatiale des phénomènes et d’autre part l’idée, bien plus ambitieuse, d’un changement de paradigme scientifique : celle d’une nouvelle définition ou approche de l’espace qui traverserait les différentes disciplines dont la littérature.

En effet, pour certains, comme Soja en 1989 (il modifiera ensuite son opinion) et les sociologues et historiens allemands Löw et Schlögel, le tournant spatial renvoie aux conditions spatiales des processus culturels, sociaux et historiques. D’autres chercheurs, au contraire, vont formuler une version plus offensive de ce tournant qui est réputé aller plus loin et faire entreprendre un saut qualitatif à la recherche : l’espace devient alors le critère d’un changement de paradigme scientifique. Le concept d’espace, par exemple, traduirait en réalité, dans les différentes publications, une nouvelle approche ou définition de l’espace et permettrait à ce titre de différencier la postmodernité de la modernité en ouvrant une nouvelle époque aux conséquences et possibilités encore insoupçonnées. Ainsi, le créateur du concept spatial turn commencera par associer, à partir de 1996, dans sa célèbre publication Thirdspace, le spatial turn à un changement paradigmatique, fondé sur une vision relationnelle et non plus territoriale de l’espace appuyé sur la lecture de Lefebvre. En Allemagne, ce sont surtout les chercheurs en littérature et en géographie culturele qui défendent cette vision qualitative du tournant [Bachmann-Medick, 2006] qui ne se satisfait pas d’une nouvelle, mais simple, « perspective » sur les objets à partir de l’espace.

Les polarisations du débat théorique témoignent des nombreuses controverses et craintes qu’ont suscitées ces réexamens de l’espace dans la critique, notamment la crainte d’un retour d’une vision « substantialiste » voire « déterministe » de l’espace, le tournant spatial se transformant alors en piège de l’espace. D’autres chercheurs soulignent également le piège de toute rhétorique affirmative d’un changement impliqué par l’idée de « tournant », puisqu’elle pourrait accréditer l’idée que les disciplines se tourneraient vers une catégorie négligée ou encore induire l’idée que la recherche n’aurait pas été orientée vers l’espace auparavant [Dünne/Günzel, 2006]. 

Critique littéraire et « tournant spatial »

À première vue, la recherche littéraire semble en retrait dans cette discussion assez largement dominée par les historiens, les géographes, les sociologues et les philosophes. Pourtant, la critique littéraire n’a pas attendu le tournant spatial pour s’intéresser à l’espace, comme nous avons pu le voir lors de la séance précédente avec les travaux sur la géocritique, la géopoétique et la géographie de la littérature qui remontent pour certaines au début du 20ème siècle et ont donné lieu en France, ces dernières décennies, à un certain nombre de colloques et de journées d’études. Mais, c’est en Allemagne que les chercheurs en littérature ont tenté de mettre en rapport ces nouvelles orientations de la critique littéraire avec le « tournant spatial » [Böhme, 2005 ; Hallet/Neumann, 2009 ; Dolle/Helfrich, 2009]. Comment interpréter l’« absence » française lors des débats sur le « tournant spatial » ? Est-elle due, comme le suggère Soja, à une tradition plus forte de la pensée spatiale dans les universités françaises ? Serait-ce parce que la recherche littéraire allemande récente, contrairement à la recherche française, est liée davantage à des concepts internationaux et anglo-saxons ? Il semblerait en effet que la quasi totalité des travaux littéraires sur l’espace évoqués lors de la précédente séance précédente soient encore ignorés en Allemagne [Sasse, 2009], même si certains travaux s’inscrivent encore dans la tradition bachelardienne [Mahlendorff, 2000]. 

Outre-Rhin, la critique littéraire s’est largement ouverte aux sciences humaines et sociales. Ainsi, l’anthropologie culturelle, la théorie et critique littéraire postcoloniale, les gender studies et les sciences de l’environnement ont fourni de nombreux concepts qui ont trouvé un accueil dans les études et la recherche littéraires [voir, par exemple, les travaux de Koschorke, 1990, Würzbach, 2001 et 2006, Zapf, 2005]. De façon générale, la littérature n’est cependant pas dans une attitude purement passive face à la recherche sur l’espace dans les autres disciplines. Au contraire, plusieurs auteurs affirment nettement l’idée que la littérature ne doit pas se contenter de reprendre simplement des concepts et thèmes des sciences géographiques, sociologiques, historiques mais au contraire reprendre son propre répertoire de concepts, de théories et de méthodes pour les vérifier et les analyser du point de vue de l’espace et développer ainsi une science littéraire orientée vers l’espace susceptible d’enrichir les débats transdisciplinaires [Frank, 2009]. C’est le cas, lorsque les chercheurs considèrent la littérature comme productrice d’un ordre culturel du monde [Böhme, 2005] et se reconnectent, pour les revisiter, aux théories esthétiques classiques de Cassirer et Lotman qui considèrent les espaces littéraires dans leurs rapports aux mentalités et cadres socio-politiques d’une époque [Krah, 1999] ; c’est le cas aussi lorsque la critique littéraire approfondit les approches phénoménologiques de l’espace littéraire  [Mentzer, 2001] et les orientations « géopoétiques » (telles que les définit Michel Collot comme association entre les formes de l’écriture et les formes du monde) qui réélaborent les concepts littéraires traditionnels, en définissant par exemple, la littérarité comme cartographicité [Stockhammer, 2005] et en introduisant le mouvement et l’espace dans des concepts traditionnellement liés au temps comme le genre [Sick, 2009] ou dans la théorie de la narratologie qui développe et approfondit le concept d’« espace narré » [Hoffmann, 1978 ; Reichel, 1987 ; Jäger, 1998].  

 

Michel Collot et Julien Knebusch.

Références bibliographiques

Bachmann-Medick, Doris, « Spatial turn », in Cultural Turns. Neuorientierungen in den Kulturwissenschaften, Reinbek, Rororo, 2009 (2006), pp. 284-328.$

Bachtin, Michail, Formen der Zeit im Roman – Untersuchungen zur historischen Poetik, aus dem Russischen von Michael Dewey, Frankfurt a. Main, Suhrkamp, 1989 (1975).

Beck, Ulrich, Was ist Globalisierung ?, Frankfurt a. Main, Surhkamp, 1997.

Bergé, Aline, « Le tournant paysager de la littérature contemporaine – une traversée des modernités », in Michel Collot et Aline Bergé (dir.), Paysage et Modernité(s), Bruxelles, Ousia, 2007.

Bergmann, Sigurd, « Theology in it’s Spatial Turn: Space, Place and Built Environments Challenging and Changing the Images of God », in Religion Compass, vol. 1, n° 3, 2007, pp. 353-379.

Besse, Jean-Marc, « Approches spatiales dans l’histoire des sciences et des arts », L’Espace géographique, 2010, 3, pp. 211-224.

Blanchot, Maurice, L’Espace littéraire, Paris, Gallimard, 1955.

Böhme, Hartmut (éd.), Topographien der Literatur. Deutsche Literatur im transnationalen Kontext, Stuttgart, J. B. Metzler, 2005.

— , « Einleitung. Raum – Bewegung – Topographie », in Böhme, Hartmut (éd.), Topographien der Literatur. Deutsche Literatur im transnationalen Kontext, Stuttgart, J. B. Metzler, 2005, pp. 9-23.

Bronfen, Elisabeth, Der literarische Raum. Eine Untersuchung am Beispiel von Dorothy M. Richardsons Romanzyklus Pilgrimage, Tübingen, Niemeyer, 1986.

Dolle, Verena/Helfrich, Uta (éd.), Zum spatial turn in der Romanistik, München, Martin Meidenbauer, 2009.

Döring, Jörg / Thielmann, Tristan (éd.), Spatial Turn. Das Raumparadigma in den Kultur- und Sozialwissenschaften, Bielefeld, Transcript, 2008.

Dünne, Jörg/Günzel, Stephan, Raumtheorie. Grundlagetexte aus Philosophie und Kulturwissenschaften, Frankfurt a. Main, Suhrkamp, 2006.

Foucault, Michel, « Des espaces autres » (1967) in Dits et écrits, vol. 4, Paris, Gallimard, 1984, pp. 752-763.

Frank, Michael C., « Die Literaturwissenschaften und der spatial turn : Ansätze bei Jurij Lotman und Michail Bachtin », in Hallet, Wolfgang/Neumann, Birgit (éd.), Raum und Bewegung in der Literatur. Die Literaturwissenschaften und der Spatial Turn, Bielefeld, Transcript, 2009, pp. 53-80.

Frank, Michael C. / Gockel, Bettina / Hauschild, Thomas et ali. (éd.), Räume, Zeitschrift für Kulturwissenschaften, Heft 2, 2008.

Gauchet, Marcel, Présentation du dossier « Nouvelles Géographies », in Le Débat, n° 92, 1996.

Görling, Reinhold, Heterotopia : Lektüren einer interkulturellen Literaturwissenschaft, München, Fink, 1997.

Günzel, Stephan (éd.), Raumwissenschaften, Franfurt a. Main, Suhrkamp, 2009.

— , « Einführung : spatial turn, topographical turn, topoligical turn », colloque « Topologie. Welt-RaumDenken », Weimar, 10 novembre 2005. URL : <http://www.stephan-guenzel.de/Material/Guenzel_Topologie-Einfuehrung.pdf> (page consulté le 12 mai 2010).

— , « Raum – Topographie – Topologie », in Topologie. Zur Raumbeschreibung in den Kultur- und Medienwissenschaften, Bielefeld, Transcript, 2007.

Hallet, Wolfgang / Neumann, Birgit (éd.), Raum und Bewegung in der Literatur. Die Literaturwissenschaften und der Spatial Turn, Bielefeld, Transcript, 2009.

Hoffmann, Gerhard, Raum, Situation, erzählte Wirklichkeit. Poetologische und historische Studien zum englischen und amerikanischen Roman, Stuttgart, J. B. Metzler, 1978.

Jameson, Fredric, Postmodernism, or, the Cultural Logic of Late Capitalism, Durham, Duke University Press, 1991.

Jäger, Dietrich, Erzählte Räume. Studien zur Phänomenologie der epischen Geschehensumwelt, Würzbrug, Köningshausen & Neumann, 1998.

Koschorke, Albrecht, Die Geschichte des Horizonts : Grenze und Grenzüberschreitung in literarischen Landschaftsbildern, Frankfurt a. Main, Suhrkamp, 1990.

Koselleck, Reinhart, Zeitschichten. Studien zur Historik, Frankfurt a. Main, Suhrkamp, 2000.

Köster, Werner, « Deutschland, 1900-2000: Der Raum als Kategorie der Resubstanzialisierung. Analysen zur deutschen Semantik und Wissenschaftsgeschichte », in Stockhammer, Robert (éd.), TopoGraphien der Moderne. Medien zur Repräsentation und Konstruktion von Räumen, München, Fink, 2005, p. 25-72.

Krah, Hans, « Räume, Grenzen, Grenzüberschreitungen – Einführende Überlegungen », in Ars Semeiotica, n° 22/1, 1999, pp. 4-12.

Lobsien, Eckhard, Landschaft in Texten – Zu Geschichte und Phänomenologie der literarischen Beschreibung, Stuttgart, J. B. Metzler, 1981.

— , « Bildlichkeit, Imagination, Wissen : Zur Phänomenologie der Vorstellungsbildung in literarischen Texten », in Volker Bohn (éd.), Bildlichkeit, Frankfurt a. Main, Suhrkamp, 1990, pp. 89-114.

Lévy, Jacques, Le Tournant géographique. Penser l’espace pour penser le monde, Paris, Belin, 1999.

Lossau, Julia, « “Mind the Gap” : Bemerkungen zur gegenwärtigen Raumkonjunktur aus kulturgeographischer Sicht », in Günzel, Stephan, Topologie. Zur Raumbeschreibung in den Kultur- und Medienwissenschaften, Bielefeld, Transcript, 2007, pp. 53-68.

Mahlendorff, Andrea, Literarische Geographie Lateinamerikas. Zur Entwicklung des Raumbewusstseins in der lateinamerikanischen Literatur, Berlin, edition tranvia, 2000.

Maresch, Rudolf / Werber, Niels (éd.), Raum – Wissen – Macht, Franfurt a. Main, Suhrkamp, 2002.

Mentzer, Alf, Die Blindheit der Texte. Studien zur literarischen Raumerfahrung, Heidelberg, Winter, 2001.

Miller, J. Hillis, Topographies, Stanford, Stanford University Press, 1995.

Nünning, Ansgar, « Distinguising and Historizing Different Kinds of (Meta-)Description. Forms and Functions of Descriptions in Realiste, Modernist, and Postmodernist Fiction », in Wolf, Werner/Bernhart, Walter (éd.), Description in Literature and Other Media, Amsterdam, Rodopi, pp. 91-128.

Osterhammel, Jürgen, « Die Wiederkehr des Raumes. Geopolitik, Geohistorie und historische Geographie », in Neue Politische Literatur, n° 43/3, 1998, pp. 374-397.

Reichel, Norbert, Der erzählte Raum. Zur Verflechtung von sozialem und poetischem Raum in der erzählenden Literatur, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1987.

Rupp, Jan, « Erinnerungsräume in der Erzählliteratur », in Hallet, Wolfgang / Neumann, Birgit (éd.), Raum und Bewegung in der Literatur. Die Literaturwissenschaften und der Spatial Turn, Bielefeld, Transcript, 2009, pp. 181-194.

Sasse, Sylvia, « Literaturwissenschaft », in Stephan Günzel (éd.), Raumwissenschaften, Franfurt a. Main, Suhrkamp, 2009, pp. 225-241.

Soja, Edward W., Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory, London/New York, Verso, 1989.

— , Thirdspace. Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places, Cambridge, Blackwell, 1996.

— , « Vom “Zeitgeist” um “Raumgeist”. New Twists on the Spatial Turn », in Döring, Jörg / Thielmann, Tristan (éd.), Spatial Turn. Das Raumparadigma in den Kultur- und Sozialwissenschaften, Bielefeld, Transcript, 2008, pp. 241-262.

Schlögel, Karl, Im Raume lesen wir die Zeit. Über Zivilisationsgeschichte une Geopolitik, München/Wien, Carl Hanser, 2003.

Sicks, Kai Marcel, « Gattungstheorie nach dem spatial turn : Überlegungen am Fall des Reiseromans », in Hallet, Wolfgang/Neumann, Birgit (éd.), Raum und Bewegung in der Literatur. Die Literaturwissenschaften und der Spatial Turn, Bielefeld, Transcript, 2009, pp. 337-354.

Stockhammer, Robert (éd.), TopoGraphien der Moderne. Medien zur Repräsentation und Konstruktion von Räumen, München, Fink, 2005.

Sydow, Jörg, « Towards a Spatial Turn in Organization Science? – A Long Wait », in SECONS Discussion Forum, n° 8, 2002,

Warf, Barne / Arias, Santa (éd.), The Spatial Turn. Interdisciplinary Perspectives, London/New York, Routledge, 2008.

Weigel, Sigrid, « Zum “topographical turn”. Kartographie, Topographie und Raumkonzepte in den Kulturwissenschaften », in KulturPoetik, n° 2/2, 2002, pp. 151-165.

Wenz, Karin, Raum, Raumsprache und Sprachräume. Zur Textsemiotik der Raumbeschreibung, Tübingen, Narr, 1997.

Werber, Niels, Die Geopolitik der Literatur. Eine Vermessung der medialen Weltraumordnung, München, Carl Hanser, 2007.

Würzbach, Natascha, « Erzählter Raum. Fiktionaler Baustein, kultureller Sinnträger, Ausdruck der Geschlechterordnung », in Helbig, Jörg (éd.), Erzählen und Erzähltheorie im 20. Jahrhundert. Festschrift für Wilhelm Füger, Heidelberg, Winter, 2001, pp. 105-129.

— , Raumerfahrung in der klassischen Moderne. Grossstadt, Reisen, Warhnemungssinnlichkeit und Geschlecht in englischen Erzähltextes, Trier, Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2006.

Zapf, Hubert, Literatur als kulturelle Ökologie. Zur kulturellen Funktion imaginativer Texte an Beispielen des amerikanischen Romans, Tübingen, Niemeyer, 2002.

— , « Das Funktionsmodell der Literatur als kultureller Ökologie. Imaginative Texte im Spannungsfeld von Dekonstruction und Regeneration », in Gymnich, Marion/Nünning, Ansgar (éd.), Funktionen von Literatur. Theoretische Grundlagen und Modellinterpretationen, Trier, Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2005, pp. 55-77.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.