Séminaire 2020

Mis en avant

NB : la première séance du séminaire est reportée du 24 au 31 janvier

« La nature a lieu(x) »

On entend répéter ici et là que « la nature a eu lieu », c’est-à-dire que notre environnement n’a plus rien de naturel et que l’idée même de nature est devenue caduque. Elle est pourtant bien présente dans les œuvres des écrivains et des artistes contemporains, et c’est en son nom que sont tenus bien des discours et menés bien des combats en faveur de l’environnement. Or cette défense et illustration passe souvent par celle des lieux : sites dégradés ou menacés, lieux d’habitation, d’édition et/ou de création où s’inventent de nouveaux rapports entre les citoyens et entre la nature, la société et la culture. C’est dans ce contexte et dans cette perspective que s’inscrit le travail de ce séminaire, qui associe les sciences humaines, la littérature et les arts, au croisement de l’écopoétique et de la géographie littéraire.

31 janvier (salle 328)

Michel COLLOT (UMR Thalim, Paris 3 / CNRS)
La nature a lieu(x)

28 février

Michel COLLOT (UMR Thalim, Paris 3 / CNRS)
La métamorphose des éléments dans la géographie d’Élisée Reclus.

20 mars 

Joëlle PAGÈS-PINDON (UMR Thalim, Paris 3 / CNRS)
La poétique des lieux de Marguerite Duras : espace-mémoire et topogenèse

3 avril (salle 328)

Baptiste LANASPÈZE (Directeur des éditions Wildproject)
Histoires de lieux

24 avril 

Claude DOURGUIN (Écrivain)
Voyages, images, paysages
Entretien avec Jean-Louis TISSIER (UMR Géographie-cités)

15 mai 

Marie-Annick GERVAIS-ZANINGER (Université de Lorraine)
Le jardin chez Yves Bonnefoy et Pierre-Albert Jourdan

5 juin 

Marie-Hélène LAFON (Écrivain)
Du pays au paysage

Les séances auront lieu le vendredi de 17h à 19 h
au centre Censier salle 410 (à l’exception des séances du 31 janvier et du 3 avril )
13 rue Santeuil Paris 5ème

Pour une écocritique des formes esthétiques : arts et savoirs du vivant : bibliographie établie par Aline Bergé (UMR THALIM)

 

– Marc Abélès, « Globalisation et politique de la survie : les défis du contemporain », conférence rencontre, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, séminaire de Master 1 « Espaces et mondialisations » (A. Bergé) et séminaire de rech. « Peut-on penser une écologie culturelle ? » (M. Calle-Gruber et J. Bessière), UMR 7172 THALIM, Sorbonne, 9 mars 2015. En ligne sur le site de Paris 3.
– Marc Augé, Le Sens des autres – Actualité de l’anthropologie, Paris, Fayard, 1994.

– Keith Basso, L’eau se mêle à la boue dans un bassin à ciel ouvert : paysage et langage chez les Apaches occidentaux, trad. de l’anglais (É.-U.) Jean-François Caro, Préface de Carlo Severi, Zones sensibles, 2016.
– A. Bergé, « Developing the Sense of Landscape, Æsthetics and Politics – From Literary Understanding to the Implementation of the European Landscape Convention », Living Landscape-The European Landscape Convention in research perspective, 18-19 oct. 2010 Florence Conference Materials, Pisa, Bandecchi & Vivaldi, 2010, vol.2., pp. 18-23.
– Aline Bergé, « Sens du paysage et partages du monde – De la provincialisation de l’Europe à la quête d’un lieu commun », Paysages européens et Mondialisation – Lettres, Arts et Sciences humaines, A. Bergé, M. Collot et J. Mottet dir., Seyssel, Champ Vallon, « Pays / Paysages », 2012, pp. 116-130.
– A. Bergé et J. Knebusch eds., Paysages européens et Mondialisation, vol. 2 : Éléments de géographie littéraire, présentés par Aline Bergé et J. Knebusch, Carnet de recherche « Vers une géographie littéraire », 2012. En ligne, sept. 2012 : http : www.geographielitteraire.hypotheses.org. Ou sur le site de l’Association des architectes paysagistes du Québec (AAPQ) : https://aapq.org/sites/aapq.org/files/bibliotheque/PEM2-Geolit.pdf.
– Aline Bergé, « L’homme oiseau de la zone frontière – Récits de Jean Rolin », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 16, issue 5, 2012, Anne Simon, Éliane DalMolin, Roger Célestin dir. : « Human-Animal Part 2. » pp. 635-643. En ligne, 29 nov. 2012.
– Aline Bergé, « Habiter, goûter, penser le monde en forestier : l’œuvre poétique de Robert Marteau », Forêt, arts et culture : l’épreuve des sens, Cahier du GHFF Forêt, environnement et société, n°27, 2017, Actes des Journées d’études du Groupe d’Histoire des Forêts françaises (GHFF), Université Paris-Sorbonne -UMR 8185 « Espaces, Nature et Culture » (ENEC-CNRS) et Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative d’Aix-Marseille, (IDEMEC UMR 7307-CNRS), ONF, Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, 29-30 janvier 2016, janv. 2017.
– Augustin Berque, Le Sauvage et l’Artifice : les Japonais devant la nature, Gallimard, 1986.
– Augustin Berque (dir.), La Mésologie, pourquoi et pour quoi faire ?, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, « Essais & conférences », 2014.
– Guillaume Blanc, Élise Demeulenaere et Wolf Feuerhahn (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Publications de la Sorbonne, Paris, 2017.
– Dominique Bourg et Alain Papau (dir.), Dictionnaire de la pensée écologique, PUF, 2015.
– Lawrence Buell, Writing for an Endangered World, Harvard University Press, 2001.
– Lawrence Buell, The Future of Environmental Criticism : Environmental crisis anf Literary Imagination, Blackwell, 2005.
– M. Calle-Gruber, B. Didier et A. Fouque dir., Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Editions des femmes, 2013, 3 vol. Ouvrage sous le parrainage de l’UNESCO. Edition numérique (eBookversion) mise à jour et augmentée à partir de 2015.
– M. Collot, « Tendances actuelles de l’écocritique », 27 janvier 2017. En ligne : http://bobmorane.univ-paris3.fr/audio/2017-Ecocritique_et_geographie_litteraire-1- Tendances_actuelles_de_l_ecocritique.mp3
– Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005.
– Philippe Descola et Tim Ingold, Etre au monde. Quelle expérience commune ?, Débat présenté par Michel Lussault, Presses universitaires de Lyon, « Grands débats : mode d’emploi », 2014.

– Terry Gifford, « Current Issues in Ecocriticism », La Littérature et ses environnements, Journée d’études du Centre d’études et de recherches comparatistes de Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Jean Bessière dir., 2010.
– Emilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Les Empêcheurs de penser en rond, 2011.
– Emilie Hache ed., Reclaim, recueil de textes écoféministes, trad. de l’anglais Émilie Notéris, postface Catherine Larrère, Paris, Cambourakis, « Sorcières », 2017.
– Laurence Harang, « Emilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 05 février 2011. https://lectures.revues.org/1262.
– Robert Harrison, Forêts : essai sur l’imaginaire occidental, Flammarion, 1992.
– Ursula Heise, Sense of Place and Sense of Planet : The Environmental Imagination of the Global, New York, Oxford University Press, 2008.
– Tim Ingold, Marcher avec les dragons, trad. de l’anglais par Pierre Madelin, Zones sensibles, 2013.
– Tim Ingold, « Les matériaux de la vie », trad. de l’anglais par H.-S. Afeissa et S. Gosselin, Multitudes, n°65, 2016/4. En ligne.
– Claire Jaquier, « Écopoétique : un territoire critique », Fabula, Atelier de théorie littéraire, été 2015. http://www.fabula.org/atelier.php?Ecopoetique.
– Eduardo Kohn, How Forests Think. Towards an Anthropology beyond the Human, Berkeley, University of California Press, 2013.
– Bernie Krause, Le Grand orchestre animal, Flammarion, 2013.
– Catherine & Raphaël Larrère, Penser et agir avec la nature, La Découverte, 2015.
– Audrey Lasserre, « Histoire d’une littérature en mouvement : textes, écrivaines et collectifs éditoriaux du Mouvement de libération des femmes en France (1970-1981) », Doctorat de Lettres et civilisation française, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, 2014. 2nd Prix de thèse du GIS Institut du Genre, 2015.
– Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, La Découverte, 1991, rééd. poche, 1997.
– Bruno Latour, Politiques de la nature : comment faire entrer les sciences en démocratie, La Découverte, 1999.
– Bruno Latour, Un monde pluriel mais commun, entretiens avec François Ewald, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, Paris, Radio France, « Monde en cours. Intervention », 2003. Texte des entretiens diffusés par France Culture au cours de l’émission « À voix nue ».
– Bruno Latour, Enquêtes sur les modes d’existence : Une anthropologie des modernes, La Découverte, 2012.
– Bruno Latour, Face à Gaïa : Huit conférences sur le nouveau régime climatique, La Découverte, 2015.
– Jean-Marie Gustave Le Clézio, Le Livre des fuites, Gallimard, «Folio », 1969.

– Aldo Leopold, Almanach d’un comté des sables suivi de quelques croquis, trad. Anna Gibson, Préface de J.-M. Gustave Le Clézio, Flammarion, « GF », 2000.
– Aldo Leopold, La conscience écologique, trad. de l’anglais Pierre Madelin, Jean-Claude Génot et Daniel Vallauri eds., Marseille, Wildproject, « Domaine sauvage », 2013.

– Robert Marteau, Forestières, Métaillié, 1990.
– Robert Marteau, Mont-Royal, Gallimard, 1981.
– Jean Mottet dir., La Forêt sonore. De l’esthétique à l’écologie, Ceyzérieu, Champ Vallon, « Pays paysages », 2017. > Aline Bergé, « La geste forestière de Robert Marteau : une écopoétique du
vivant », pp. 117-135.
– Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles, Seuil, « Raconter la vie », 2014.
– Edward W. Said, Culture et impérialisme, trad. de l’angl., Fayard/Le Monde diplomatique, 2000.
– Pierre Schoentjes, Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique, Marseille, Wildproject, 2015.
– Michel Serres, Le Contrat naturel, Françoise Bourin, 1990.
– Anne Simon, « Ecocritique, zoopoétique », Bibliographie d’Animots – Carnet de zoopoétique, nov. 2016. En ligne : https://animots.hypotheses.org.
– Isabelle Stengers, Cosmopolitiques I. La guerre des sciences. L’invention de la mécanique : pouvoir et raison. Thermodynamique : la réalité physique en crise, La Découverte, 1997.
– Alain Suberchicot, Littérature et environnement : pour une écocritique comparée, Champion, 2012.
– Jean-Louis Tissier, « Survivre dans la taïga, d’après les Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov » (UMR 8504 Géographie-cités), La Forêt refuge, Colloque international du GHFF, sept. 2016.
– Kenneth White, Le Plateau de l’Albatros. Introduction à la géopoétique, Grasset, 1994.
– Peter Wohleben, Das geheime Leben der Bäume. Was sie fühlen, wie sie kommunizieren – die Entdeckung einer verborgenen Welt, München, Ludwig, 2015. Trad. fr. La vie secrète des arbres, Les Arènes, mars 2017.

– ASLE, Association for the Study of Literature and Environment, fondée en 1992 à Reno (Nevada, E.U.), et sa revue ISLE (Interdisciplinary Studies in Literature and Environment).
– Cosmopolitiques, revue d’écologie politique créée en 2002, en ligne depuis 2009. http://www.cosmopolitiques.com

– Écologie et politique, n° 36, 2008/2 : « Littérature et écologie : vers une écopoétique ».
– Fixxion n°11, 2015, Pierre Schoentjes, Alain Romestaing, Anne Simon dir. : « Écopoétique ». http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/issue/view/21
– Loxias n°52, mars 2016 : « (Re)lectures écocritiques : l’histoire littéraire européenne à l’épreuve de la question environnementale », Justine de Reyniès et Odile Gannier dir. http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=8227
– Multitudes, « revue politique, artistique, philosophique », fondée en 2000 par Yann Moulier-Boutang, publiée par l’Association Multitudes et les Éditions Amsterdam. http://www.multitudes.net

– Portail des Humanités environnementales : http://humanitesenvironnementales.fr
> Colloque « Les Communs environnementaux : communautés, pratiques et institutions. Approches historiques, France et Empire colonial français, XVIIe-XXe siècle », 14-15 nov. 2016.

Actualités éco-géo-poétiques

Références bibliographiques des ouvrages citésA

Yi-fu Tuan, Espace et lieu : la perspective de l’expérience, Gollion, Infolio, 2006

Christophe Guilluy La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires, « Champs actuel », Flammarion, 2015.

La France de Raymond Depardon, BNF / Seuil, 2013.

Bruno Latour, Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, La Découverte, 2017

Collectif Zonezadir

https://zonezadir.hypotheses.org

Bertrand Guest, Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique : Humboldt, Thoreau, Reclus, Classiques Garnier, 2017.

Corinne Maury, Du parti pris des lieux dans le cinéma contemporain, Hermann, 2018

John Baird Callicott, Éthique de la terre, « Domaine sauvage », Wildproject, 2010.

Pierre Schoentjes, Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique, « Tête nue », Wildproject, 2015.

Ursula K. Heise, Sense of Place, Sense of Planet. The Environmental imagination of the Global, Oxford University Press, 2008.

Jerome Rothenberg, LesTechniciens du sacré, Corti, 2007.

Cherryl Glotfelty, Harold Fromm (éd.), The Ecocriticism Reader : Landmarks in Literary Ecology, University of Georgia Press, 1996.

Wendell Berry, The Unsettling of America : culture and agriculture, Sierra Club Books, 1977 ; La Santé de la terre. Essais agrariens, Wildproject, 2018 ;Nul lieu n’est meilleur que le monde, Arfuyen, 2018.

The bioregional imagination : literature, ecology, and place, edited by Tom Lynch, Cheryll Glotfelty, and Karla Armbruster, University of Georgia Press, 2012.

Gary Snyder, Le Sens des lieux. Éthique, esthétique et bassins versants, Wildproject, 2018 ;L’Arrière-pays, suivi deAmérique : Île-tortuePoèmes, Pierre Jean Oswald, 1977 ; Premier Chant du chaman et autres poèmes, « Orphée », La Différence, 1992.

Revue Windfall(Portland, Oregon)
http://www.hevanet.com/windfall/index.html

André Bucher, À l’écart, Le Mot et le Reste, 2016.

Michel Collot, « À ras de terre », Chaosmos, Belin, 1997 ; « Urbanités » ; « Lieux à l’œuvre », Le Parti pris des lieux, La Lettre volée, 2018.

Paul Ardenne, Un Art écologique. Création plasticienne et anthropocène, Le Bord de l’eau, 2018.

Andy Goldsworthy, Pierres, Anthèse, 1994

Séminaire 2019

Mis en avant

ÉCO-/GÉO-POÉTIQUES

La problématique environnementale est apparue lors des deux saisons précédentes du séminaire étroitement liée à la question des lieux ; l’actualité sociale, intellectuelle, artistique et littéraire confirme cette relation, qu’il s’agira cette année d’interroger en associant écopoétique et géopoétique, et en présentant des recherches novatrices dans le champ des arts et/ou des littératures, engagées dans l’une et/ou l’autre de ces perspectives.

Pour consulter les enregistrements des conférences et les documents se reporter à la page « séminaire 2019 » en cliquant sur l’onglet portant ce titre 

25 janvier 

Michel COLLOT (UMR THALIM, Paris 3 / CNRS)

Actualités éco-/géo-poétiques

22 février 

Ingrid ERNST (Maison des écrivains et de la littérature)

Livres et territoires : devenirs communs

15 mars 

Bertrand GUEST (EA 3L.AM, Université d’Angers)

Écritures essayistes de la géographie: Humboldt, Thoreau, Reclus.

19 avril 

Corinne MAURY (EA Lara-Sepia, Université Toulouse – Jean Jaurès)

La nature éprouvée au cinéma. Du lieu d’union au paysage de destruction.

24 mai

Claire JAQUIER (Université de Neuchâtel)

Par-delà le régionalisme. Récits contemporains et partage des lieux

14 juin

Mélanie BOURLET et Marie LORIN (UMR Llacan, INALCO)

Vers une écopoetique des poésies du fleuve Sénégal

Les séances auront lieu le vendredi de 17h à 19 h 

au centre Censier, salle D 19

13 rue Santeuil Paris 5ème

Émilie FRÉMOND Surréalisme et Nature: exemplier

Émilie Frémond                                                                                                                                                              « Je ne vois pas l’arme cachée dans la forêt » : les surréalistes et la nature

  1. « Le rocher de Sisyphe ? Les surréalistes diffèrent de Camus en ce qu’ils croient qu’un jour ou l’autre il va se fendre, abolissant comme par enchantement la montagne et le supplice : ils inclinent à penser qu’il peut être une manière propice de le rouler… Est-ce assez optimiste, dites-moi ! Ils ne tiennent pas pour incurable la « fracture » observée par Camus entre le monde et l’esprit humain. Ils sont très loin d’admettre que la nature soit hostile à l’homme mais supposent que l’homme, originellement en possession de certaines clés qui le gardaient en communion étroite avec la nature, les a perdues et, depuis lors, de plus en plus fébrilement s’obstine à en essayer d’autres qui ne vont pas. » André Breton, Interview avec Jean Duché, 1952.
  2. « Et pourtant cette fin du monde, je n’éprouverai pas le moindre embarras à dire qu’aujourd’hui nous n’en voulons plus. […] Une telle fin du monde, surgie d’un faux pas de l’homme plus inexcusable puisque plus décisif que les précédents, est pour nous dénuée de toute valeur, déplorablement caricaturale. Nous avons beau nous interroger sur ce qui peut couver dans les boucles du professeur Einstein ou prospérer derrière la brosse dure de l’étrange camarade Staline, non (…). Cette fin du monde n’est pas la nôtre ». André Breton, « La Lampe dans l’horloge », 1948, La Clé des champs.
  3. « […] la terre drapée dans sa verdure me fait aussi peu d’effet qu’un revenant ». André Breton, Manifeste du surréalisme, 1924

« J’aimerais savoir quel charme a pour vous la campagne, poésie, sport. Ce que je vous en ai dit ne compte pas, j’ai pu mentir. Il en va pour moi de la nature comme de l’art, jamais je ne m’en prends qu’à une certaine manière d’en parler. » André Breton, Lettre à Simone Kahn, 20 jt 1920.

  1. « Pour que vous aimiez quelque chose, il faut que vous l’ayez vu et entendu depuis longtemps tas d’idiots » (Festival dada, 1920, panneau-réclame de Picabia)
  2. « Être intelligent — respecter tout le monde — mourir sur le champ d’honneur — souscrire à l’Emprunt — voter pour un Tel — le respect de la nature et de la peinture — gueuler aux manifestations dada, — voilà la vie des hommes. »

« Coucher sur un rasoir et sur les puces en rut — voyager en baromètre — pisser comme une cartouche — faire des gaffes — voilà la vie des dadaïstes ». Tristan Tzara, « Dada manifeste sur l’amour faible et l’amour amer », 1920.

  1. « dada est sans sens comme la nature. dada est pour la nature et contre l’ »art ». dada est direct comme la nature », « agréez monsieur mes citrons empressés ». « j’ai quatre natures. j’ai deux choses. j’ai cinq sens. sens et non-sens. nature est sans-sens. place à la nature ». Hans Arp, [1927], Jours effeuillés.
  2. « Au lycée administratif et marron, me fut enseigné que certains mots mettent à leur tête une majuscule comme le marié ou le veuf, un chapeau haut de forme ; parmi les manteaux anonymes, leur bel air les distinguant, ils me parurent mériter les plus grands honneurs d’indéniables hiérarchies. […] J’étais en quatrième. Le professeur, qui habitait un pavillon au milieu des murs de brique de Montmorency, eut à cœur de nous révéler la nature. Je crus que, dès Saint-Cloud, commençait un monde merveilleux. Les villes me parurent des abcès qui gâtaient l’harmonie d’un corps. Tout un hiver, je fus dans l’impatience de connaître enfin cette nature que j’avais jusqu’alors appelée campagne comme si elle était juste une bonne fille un peu vulgaire. Pour cette Nature (avec un grand N, enfin) j’eus la prétention du provincial pour le musée de sa sous-préfecture. » René Crevel, Détours, 1924.
  3. « Nul besoin de tracer au préalable dans cet entrelacs de discontinuités des lignes de partage, qui distingueraient a priori l’inanimé de l’animé, le solide de l’immatériel, les règnes de la nature des êtres de langage et, parmi ceux-ci, les hommes qui vivent selon les lois de la raison de ceux qui croient au surnaturel ». Descola, « Leçon inaugurale au collège de France, 29 mars 2001
  4. « Réfléchissez une bonne fois. Si le bonheur existe, au sens du mot existe, il se manifeste. Où se manifeste-t-il ? Au sens du mot manifeste, dans un des quatre règnes de la nature. Bien répondu. Dans les minéraux ? Nous sommes peu renseignés sur le bonheur des pierres. Dans les végétaux ? Cela est déjà plus vraisemblable, toutefois le bonheur du tournesol quand il regarde le soleil n’est affaire que de vie ou de mort. Dans les animaux, ah voilà où les distinctions s’implantent, car, assez bizarrement, vous ne prêtez pas vos sentiments à l’oursin, ni même au cobaye, mais le colibri, le chat, le singe et vous-mêmes vous semblent avoir cet étrange aperçu sur la destinée, cette vue d’ensemble, qui dément toutefois tout ce qu’on sait de l’étendue de vos capacités, sinon des leurs. » Louis Aragon, Traité du style, 1928
  5. « L’amour de la nature est un sentiment d’adulte citadin, profondément rompu aux roueries de la vie civilisée et fatigué par elles » Michel Leiris, Biffures, 1948.
  6. À propos du « velouté naturel » : « on m’en a mis ici et je déclare que c’est une merveille. Thym et lavande, l’odeur même des montagnes, et non pas de ces montagnes arrogantes qui ne portent que des glaces et des plantes vénéneuses, mais de celles qui sont résine et myrtille, où l’on voit les chalets s’orner mélancoliquement de fromages bleus, tout dans le velouté naturel est pareil à un paysage du matin, avant que les arbres aient encore secoué toute la nuit, un paysage pour les joues qui sous cette fresque tactile s’abandonnent au vertige des promenades forestières en automobile, n’oubliez pas de corner : tournant dangereux. » Louis Aragon, Le Paysan de Paris, 1926.
  7. « « La nature n’est qu’un dictionnaire » « Ceux qui n’ont pas d’imagination copient le dictionnaire. Il en résulte un très grand vice, le vice de la banalité », Baudelaire, Salon de 1859.
  8. « Pourtant la Nature, aussi majuscule que tu la voudras, tu sais bien qu’elle n’est, flore et faune, qu’un dictionnaire, sans doute dictionnaire à surprises où le rêve parfois a trouvé son verbe, mais dictionnaire tout de même, et rien que dictionnaire. » René Crevel, Êtes-vous fous ?, 1929.

« Chaque chose à sa place, dans un paysage comme dans un placard et, avec de l’ordre, de la méthode, pas plus difficile de réussir des tableaux d’après nature que de faire une malle. » René Crevel, Les Pieds dans le plat, 1933.

  1. « Tu te crois, mon garçon, tenu à tout décrire. […] Tu es loin du compte. Tu n’as pas dénombré les cailloux, les chaises abandonnées. Les traces de foutre sur les brins d’herbe. »
  2. « Dites donc, vous, l’homme au lorgnon, vous pourriez lever le menton : ce n’est pas de la merde, les étoiles. […] Ta montre, toi. Et toi ta femme. On ne vous demande pas votre avis, ce n’est pas la peine de murmurer dans vos gencives : Jolie nature». Louis Aragon, PP.
  3. « Je regrette d’avoir découvert si tard ces zones ultra-sensibles de la terre ». André Breton, AF
  4. Au sujet du Mexique : « délesté de l’oppressante sensation que la nature, partout la même, manque d’impétuosité, qu’en dépit de toute considération de races l’être humain, fait au moule, est condamné à n’accomplir que ce que lui permettent les grandes lois économiques des sociétés modernes »
  • « la création s’est prodiguée en accidents du sol, en essences végétales, s’est surpassée en gammes de saisons et en architectures de nuages »
  • « je n’imaginais pas que le monde des fruits pût s’étendre à une telle merveille que la pitahaya, dont la pulpe a la couleur et l’enroulement des pétales de rose, la pitahaya à chair grise et à goût de baiser d’amour et de désir, je n’avais pas tenu dans ma main un bloc de cette terre rouge d’où sont sorties, idéalement maquillées, les statuettes de Colima qui tiennent de la femme et de la cigale »

André Breton, « Frida Kahlo de Rivera », 1938, S&P

  1. « Il ne saurait s’agir de ma part de réhabiliter l’exotisme pour l’exotisme ni de flatter l’instinct de retour à telle époque bien révolue de l’histoire humaine.

Mais l’inconnu sur lequel on fait aujourd’hui porter l’accent — l’inconnu intérieur — ne doit pas nous masquer l’inconnu extérieur […].

Il est aussi déraisonnable de vouloir s’en tenir au témoignage des sens et de prétendre que l’imagination supplée à tout. Le Mexique est à cet égard une pierre de touche. Son relief, son climat, sa flore, son esprit rompent avec toutes les lois auxquelles nous sommes pliés en Europe. Il appelle une tout autre prise de conscience que celle à quoi nous convient nos horizons bornés. » André Breton, Mexique, exposition à la Galerie Renoue et Colle, 1939.

  1. « C’est ainsi qu’il m’est impossible de considérer un tableau autrement que comme une fenêtre dont mon 1er souci est de savoir sur quoi elle donne, autrement dit si, d’où je suis, « la vue est belle », et je n’aime rien tant que ce qui s’étend devant moi à perte de vue. » Breton, S&P, 1928.
  2. (Breton) : « Où que nous soyons condamnés à vivre, nous ne sommes, […] pas totalement limités au paysage de notre fenêtre : il y a l’illustration des livres d’enfance, où se puisent tant de souvenirs visuels à peine moins réels que les autres. Mais ici le besoin d’autre chose est tout de même moins grand qu’ailleurs, ne trouves-tu pas ? On n’a vraiment rien à ajouter à ce site pour le parfaire. Je ne songe pas, bien entendu, à réhabiliter l’art d’imitation, mais il me paraîtrait moins coupable ici qu’ailleurs. »

(Masson) : « Le coupable, à mon sens, c’est d’appauvrir ce qui est. » A. Breton et A. Masson « Le Dialogue créole », Martinique charmeuse de serpents, [1941].

  1. « Bouche des enfers, […] si comme toi je pouvais engloutir toutes les villes qui m’environnent, que de larmes je ferais couler ! », Sade, La Nouvelle Justine, cité dans L’Amour fou.
  2. « La poésie est par essence orageuse, et chaque image doit produire un cataclysme. Il faut que ça brûle ! » Aragon, Traité du style, 1928
  3. « Nous sommes les prisonniers de l’orgie mécanique qui se poursuit dans la terre, car nous avons creusé des mines, des souterrains par lesquels nous nous introduisons en bande sous les villes que nous voulons faire sauter. Nous tenons déjà la Sicile, la Sardaigne. Les secousses qu’enregistrent ces appareils délicieusement sensibles, c’est nous qui les provoquons à plaisir. Je n’ai pas besoin d’ajouter qu’il y a un an, certains d’entre nous approchaient de la mer de Corée. Les grandes chaînes limitrophes nous obligent seules à quelques détours mais le retard ne sera pas si grand, malgré tout. C’est qu’il s’agit de vivre où la vie est encore capable de provoquer la convulsion ou la conversion générale sans avoir recours à autre chose qu’à la reproduction des phénomènes naturels. L’aurore boréale en chambre, voilà un pas de fait ; ce n’est pas tout. » André Breton, Poisson soluble, texte 7
  4. « Il ne serait pas mauvais pour commencer de convaincre l’homme qu’il n’est pas forcément comme il s’en targue, le roi de la Création ». André Breton, Prolégomènes à un troisième manifeste ou non, 1942.
  5. « Je regrette de n’avoir pu fournir, comme complément à l’illustration de ce texte, la photographie d’une locomotive de grande allure qui eût été abandonnée durant des années au délire de la forêt vierge. » André Breton, « La Beauté convulsive » repris dans L’Amour fou.
  6. « Comme la glace rejette l’image sans effort, et l’écho la voix sans nous demander pourquoi, la beauté de la matière n’appartient à personne, car elle est désormais un produit physico-chimique ». Tristan Tzara, Champs délicieux, 1922.
  7. « On regarde Man Ray, on interroge sa fantaisie qui mêla ces silhouettes mystérieuses dans un espace certainement échappé à quelque nouveau champ de gravitation. En réponse, il sourit comme un dompteur dans sa cage où des otaries arctiques mangent des sardines dans les pattes d’un tigre charmé par les tendres regards d’une souris blanche. Le dompteur sera dans l’estomac du tigre avant que Man Ray ne soit dans ses photographies. Ne cherchez pas de viscères. Et pourtant il est indissolublement lié à ses œuvres. Par quel lien de mystère ? Il a disposé des objets qui se trouvaient à portée de sa main ou de sa pensée. Le papier photographique a fait le reste, aussi simplement que Man Ray. […]» Georges Ribemont-Dessaignes, Les Feuilles libres, 1925.
  8. « Au-delà de la peinture n’est que l’exposé de certaines méthodes élaborées et employées par moi, qui m’ont aidé à trouver des solutions imaginaires à quelques mystères de la nature », Max Ernst, Écritures, 1970.
  9. « Quand à propos de mon histoire naturelle, Paul demandait si c’est le miroir qui a perdu ses illusions ou bien le monde qui s’est dégagé de son opacité, les plus endurcis parmi nous sentirent leur sang se glacer de joie. Gracieux spectacle : le vieil enseignement scolaire d’après lequel la terre n’attaquerait pas l’homme, du coup s’effrita. En se dégageant de son opacité l’univers attaque bien l’homme. En se dégageant de son opacité, l’univers tend à se confondre avec l’homme. À l’homme alors de se dégager de sa cécité. » Max Ernst, préface, Histoire naturelle, (rééd. 1956, éd. originale, 1926).
  10. « […] tout ce qui défie, en raison de sa complexité, de sa minutie, de son instabilité, la figuration plastique, ce dont l’imitation artistique nous paraîtrait entre toutes fastidieuse, puérile, quand il ne s’agirait que d’une touffe de mousse, tout ce à quoi pourrait être étendu le mot « désespoir du peintre » (et du photographe) nous est rendu par suite d’une communication récente de notre ami Oscar Dominguez» André Breton, « D’une décalcomanie sans objet préconçu », S&P.
  11. « Nous connaissons dans ce sens les déboires de la décalcomanie où en définitive on tourne à perte d’esprit dans la même forêt de corail. C’est seulement en fonction de leur genèse et en raison d’une activité constamment renouvelée dans les moyens que ces œuvres arrivent à prendre toute leur signification. On ne peut rester constamment à la même fenêtre, ouvrirait-elle sur le plus beau paysage du monde, l’essentiel est sûrement d’avoir envie d’en ouvrir une autre…toujours une autre jusqu’à disparition complète d’un mur qui, pour être souvent celui de Vinci, n’en reste pas moins un obstacle. » […]

« une voie nouvelle pourrait être trouvée non plus dans l’interprétation du résultat de l’automatisme, qu’une certaine pratique rend vite délibérée, mais plutôt dans une tentative de direction des réactions matérielles pendant l’élaboration de l’œuvre. » Adrien Dax, « Perspective automatique », Almanach du demi-siècle, La Nef, 1951.

  1. (Masson) : « Ne trouves-tu pas que le volcan a amélioré ces lampes plutôt mièvres, ces verreries pas encore assez contorsionnées et changeantes ? ». (Breton) :  « Une merveille. Un litre, un « vulgaire » litre pris de telles convulsions et si bien caressé de toutes les lumières des verreries de fouilles que c’eût été à faire mourir de jalousie M. Gallé, cher à Barrès ». André Breton, André Masson, Martinique Charmeuse de serpents, [1941].
  2. « Dans le Paris de 1965, qui vote U.N.R., lit « Planète » et Louis Aragon, se ravale et cherche son cœur à Versailles, dans le Paris d’opéra singulièrement bas de plafond, nous prétendons à la réserve indienne. » Jean Schuster, L’Écart absolu, 1965.
  3. « Non opposé au monde matériel, à la nature — obscène, proliférant comme un cancer, « désespérément de trop », vomie : c’est le thème central de La Nausée. »

(cet âge d’or du romantisme allemand où ) « l’homme était constamment replongé dans ses eaux profondes, réaccordé magiquement aux forces de la terre, irrigué de tous les courants nourriciers dont il a besoin comme de pain. » Julien Gracq, Pourquoi la littérature respire mal, 1960

  1. « Au-delà, j’espère que l’homme saura adopter à l’égard de la nature une attitude moins hagarde que celle qui consiste à passer de l’adoration à l’horreur. Que, tourné avec une curiosité d’autant plus grande vers elle, il parviendra à penser d’elle à peu près ce que pensait d’un de ses contemporains Goethe lorsqu’il disait : « Ai-je pour Wieland de l’amour ou de la haine ?— Je ne sais.— Au fond je prends part à lui. » André Breton, L’Amour fou.
  2. « Seule l’action inconsciente est naturelle ; seule elle est capable d’accomplir des opérations physiques et chimiques qui ne peuvent se traduire en termes de raison. [… ?] Les anciens Chinois se résumaient en ces simples mots : « Suivez la nature », entendant par là que ‘ne pas faire, ce n’est pas ne rien faire, c’est ne pas gêner le cours naturel’ ». André Breton, « Où en est le surréalisme », entretien radiophonique inédit, 1953.

 

 

 

 

 

 

Séminaire de master de Michel Collot

Géopoétique, géocritique, écocritique : ces néologismes récemment apparus témoignent d’un intérêt croissant pour la représentation des lieux dans les textes littéraires et pour l’inscription de la littérature dans l’espace. On assiste peut-être à l’émergence d’une nouvelle discipline, la géographie littéraire, qui viendrait utilement compléter l’histoire littéraire. Ce séminaire se propose d’en étudier les différentes manifestations et les diverses orientations, et d’en tester la pertinence sur un corpus privilégié : celui des œuvres de Julien Gracq, écrivain et géographe.

Le séminaire aura lieu le mercredi de 16 h à 18 h
 à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Centre Censier,
13 rue Santeuil, Paris 5eme, salle 418 A,  4eme étage.
Ouvert à tous. Calendrier prévisionnel :
16, 23 février ; 2, 9, 16, 23 mars ; 6, 27 avril ; 4, 11, 18 mai

Le calendrier du séminaire de recherche « Vers une géographie littéraire » est inchangé : prochaine séance le vendredi 11 mars à 17 h. La vidéo de la première séance est en ligne dans la rubrique « séminaire »